Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !

De la bataille du Vercors (1943-1944) au sang des Glières (été 1944)‏

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De la bataille du Vercors (1943-1944) au sang des Glières (été 1944)‏

Message par Briard le Lun 10 Juin - 22:20

« Je ne courais pas grand risque
d’obtenir le grand prix littéraire de la Résistance »




Entretien avec Pierre Vial, auteur des livres La bataille du Vercors (1943-1944) et Le sang des Glières (été 1944) (Éditions Dualpha) (propos recueillis par Fabrice Dutilleul).



Pourquoi le médiéviste que vous êtes a-t-il eu l’idée saugrenue d’écrire deux livres d’histoire contemporaine.

Bonne question, car il est vrai que, dans le monde universitaire, il n’est pas bien vu de franchir les limites de sa spécialité : un médiéviste s’intéressant à des événements bien postérieurs à 1492, quelle chose « bizarre », comme aurait dit Louis Jouvet… Première explication : je n’ai pas le goût des tabous et enfreindre un tabou corporatif, un peu en forme de pied de nez, m’a amusé. Deuxième explication : je me suis toujours intéressé à l’histoire contemporaine. Troisième explication : en écrivant La Bataille du Vercors, j’ai relevé un défi que m’a lancé un jour, à la suggestion de mon vieil ami et complice Jean Mabire, une dame très impliquée dans le monde de l’édition. J’aime bien relever les défis. Et comme La Bataille du Vercors a bien marché, j’ai récidivé avec Le sang des Glières.



Le Vercors et les Glières, deux hauts lieux de la Résistance…

Certes, au point que Jean Mabire m’a dit un jour, mi-figue mi-raisin : « Si tu continues comme ça, tu vas finir par avoir le grand prix de la Résistance ! » La chose m’aurait amusé, mais je ne courais pas grand risque, vu la vigilance de certaines ligues de vertu qui auraient ameuté tout Paris en criant au scandale, compte tenu de la réputation sulfureuse qu’elles m’ont faite depuis longtemps en raison de mes mauvaises fréquentations. Jean Mabire, Saint-Loup, Pierre Gripari… et pas mal d’autres frères de la flibuste.



Pourquoi ne pas avoir persévéré en écrivant d’autres livres sur la Résistance ?

Je n’allais pas devenir monomaniaque. Et j’avais en tête d’autres livres, dont certains sont nés – notamment une biographie d’Henri Vincenot – et d’autres à naître, par exemple sur ces Templiers auxquels j’ai consacré ma thèse de doctorat et sur lesquels il y a encore, je crois, des choses un peu originales à dire. Ils me tiennent suffisamment à cœur pour que je leur donne la priorité, au sein d’un emploi du temps bien chargé.



La bataille du Vercors (1943-1944) (316 pages, 31 euros)

De 1943 à 1944, la véritable histoire de la bataille du Vercors, reconstituée grâce à des témoignages et des documents à ce jour inédits.

21 juillet 1944. Alarmés par la présence, dans le massif du Vercors, d’une importante force française, les Allemands passent brusquement à l’attaque. Ils ont rassemblé d’importants moyens et feront même acheminer des SS par planeurs.

À Valchevrière, le combat s’engage, d’une sauvagerie inouïe. Dépourvus d’armes lourdes, les Français font face. Chasseurs du 6 BCA, reconstitué dans la clandestinité, réfractaires au STO, maquisards dauphinois, résisteront, au coude à coude, jusqu’au bout.

Leur sacrifice fera entrer le nom du Vercors dans l’Histoire.


Un récit haletant, puisé aux meilleures sources par un historien rigoureux.



Le sang des Glières (été 1944) (258 pages, 27 euros)

La Haute-Savoie a été, dès 1943, un lieu d’élection pour l’organisation d’une résistance active et structurée, grâce au commandant Vallette d’Osia qui, avec l’aide de cadres du 27e bataillon de chasseurs alpins (basé à Annecy), a constitué dès 1940 des dépôts d’armes clandestins. Avec son fief montagneux, ses plateaux difficiles d’accès, la Haute-Savoie se prête admirablement à une guerre de partisans. À partir du printemps 1943, de nombreux jeunes réfractaires au STO viennent rejoindre les maquis savoyards.
Envoyé de Londres, Rosenthal fait adopter l’idée d’une concentration de maquisards sur le plateau des Glières, au cœur de la chaîne des Aravis, à 1 500 mètres d’altitude. Le plateau n’est accessible que par de rares sentiers de bûcherons. Le lieutenant Tom Morel prend le commandement des Glières ; il veut faire de ses cinq cents maquisards une véritable unité militaire. Quatre jours après sa mort, le 9 mars 1944, le plateau des Glières est encerclé par les Allemands, des gendarmes, des GMR et des miliciens.

Le bataillon des Glières, malgré de nombreux parachutages d’armes, doit évacuer le plateau le 26 mars, après de sanglants combats. Beau coup de maquisards tomberont ou seront capturés en cherchant à passer à travers les mailles du filet.

Les Glières deviennent, dès le printemps 1944, un des symboles forts de la Résistance, comme le soulignera André Malraux.




Les deux livres, illustrées de nombreuses photographies, sont publiés aux éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa.



BON DE COMMANDE

Je souhaite commander :

… ex de La bataille du Vercors (1943-1944) (31 euros)

… ex de Le sang des Glières (été 1944) (27 euros)
avatar
Briard
Expert
Expert

Messages : 1139
Date d'inscription : 12/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la bataille du Vercors (1943-1944) au sang des Glières (été 1944)‏

Message par Merl1 le Mar 11 Juin - 10:49

Sujet déplacé dans la rubrique Histoire par Merl1
avatar
Merl1
Administrateur

Messages : 5737
Date d'inscription : 27/07/2012
Localisation : La Géhenne ou presque...

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la bataille du Vercors (1943-1944) au sang des Glières (été 1944)‏

Message par Jean Bart le Lun 30 Sep - 10:09

Silence assourdissant !!!  Shocked 


Un petit complément d'info sur un autre mythe : study   scratch 

La "bataille des Glières",foutaise résistancialiste?


(Monument de la Résistance sur le plateau des Glières,réalisé par
le sculpteur Émile Gilioli et inauguré le 2 septembre 1973 par André Malraux)

La bataille des Glières du 26 mars 1944, symbole de la Résistance commémoré
chaque année par Nicolas Sarkozy ,ne serait-elle qu'une légende créée de toutes pièces ?
Cette thèse, soutenue par de nouvelles recherches historiques, suscite la polémique
en Haute-Savoie.


"Un des blasons de l'histoire millénaire et héroïque de la nation",
a écrit d'elle l'académicien Max Gallo , une "grande et simple histoire",
disait l'ancien ministre de la Culture André Malraux , ou simplement
la "première bataille de la Résistance", selon le site de l'Association des Glières :
le plateau des Glières, que Nicolas Sarkozy visite tous les ans depuis 2007,
a une histoire moins simple qu'il n'y paraît, si on en croit le résultat de nouvelles
recherches qui suscitent une vive émotion.

Mythe

Au coeur de la polémique se trouve la thèse de Claude Barbier, soutenue
en novembre 2011 à La Sorbonne devant un jury de spécialistes de la période,
Olivier Wieviorka,Jean-Pierre Azéma,Pascal Ory,Gilles Vergnon et Jean-Marc Berlière.
Ce docteur en histoire de 47 ans, qui a eu accès à des archives jusque-là inexploitées,
écorne sérieusement la version officielle des événements.
"Il n'y a pas eu de bataille à Glières", assène-t-il. "
Ce qui est appelé la bataille des Glières le 26 mars 1944, ce sont 2 maquisards tués
et un autre blessé lors d'une reconnaissance offensive d'un détachement allemand
de 30 à 50 hommes", ajoute-t-il.


L'accrochage n'a d'ailleurs pas lieu sur le plateau lui-même, mais à côté.
Et quand les Allemands montent sur le plateau, le lendemain, les maquisards ont fui.
Le mythe de la bataille serait né, sur fond de guerre psychologique entre Vichy
et la France libre, de deux télégrammes envoyés par un agent des services secrets français "dont le contenu était totalement imaginaire".
Repris sur les ondes de Radio Londres, cela donne une bataille de 14 jours
durant laquelle 500 Français résistent à 12 000 Allemands.
Un "bilan extravagant" qui s'est imposé "parce que Glières offrait une vision
valorisante des Français pendant la guerre", dans la droite ligne du
"mythe gaulliste d'une France en résistance", estime Claude Barbier.

"Le vocabulaire de Vichy"

Des mots qui ne plaisent pas aux dirigeants de l'Association des Glières,
chargée de faire vivre l'héritage du maquis, qui chahutent régulièrement le chercheur
au cours de ses conférences.
À Annecy, début mars, l'ancien sénateur Jacques Golliet a ainsi dénoncé un travail
à l'interprétation "un petit peu biaisée", évoquant "l'état d'esprit"
des archives de Vichy dont "il est difficile de se remettre".
Le général Jean-René Bachelet, président de l'association, critique, lui,
"une démarche de notaire pointilleux et chagrin".
"Ergoter autour du mot bataille est assez dérisoire au regard des enjeux", dit-il,
accusant Claude Barbier de reprendre le "vocabulaire de Vichy"
qui parlait de "légende".


Balayant ces polémiques, Jean-Marc Berlière, professeur émérite à l'université de Bourgogne, prédit au contraire "un extraordinaire tournant historiographique" sur la période.
"Pendant 60 ans, on a vécu sur des équations fausses.
Grâce à l'ouverture des archives et à une nouvelle génération d'historiens qui
ne s'autocensurent plus, on va fortement nuancer et corriger ce qui a été écrit
"
sur l'Occupation, promet-il.

" Petit à petit, un certain nombre d'évènements vont apparaître pour ce qu'ils sont :
des mythes, des légendes
"
, assure-t-il......
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la bataille du Vercors (1943-1944) au sang des Glières (été 1944)‏

Message par Torchwood le Lun 30 Sep - 10:49

bon dieu.. un pavé sans le mot juif...

je suis épaté..

heu oui et..? on fait quoi de ton pavé la ?

combien ici connaissent cette bataille ?

combien connaisse ce Claude Barbier..? et surtout combien s'en cognent ..?

encore un post à la gloire de l'armée allemande qui n a donc jamais massacré ces 'salopards' de maquisards...

t'es un grand malade bart..
avatar
Torchwood
Maître
Maître

Messages : 2231
Date d'inscription : 22/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la bataille du Vercors (1943-1944) au sang des Glières (été 1944)‏

Message par Jean Bart le Lun 30 Sep - 14:58

Torchwood a écrit:bon dieu.. un pavé sans le mot juif...

je suis épaté..

heu oui et..?  on fait quoi de ton pavé la ?

combien ici connaissent cette bataille ?

combien connaisse ce Claude Barbier..? et surtout combien s'en cognent ..?

encore un post à la gloire de l'armée allemande qui n a donc jamais massacré
ces 'salopards' de maquisards...

t'es un grand malade bart..
Oh, ce n'est pas le seul, hélas ! seuls des cornichons de ton acabit
avalent les petites histoires de Blanche neige...
En voilà 50 autres petits poucets pour ta collection !!Very Happy 

http://forumfrance.frbb.net/t1620-50-mythes-scientifiques-qui-vous-feront-oublier-tout-ce-que-vous-pensiez-savoir?highlight=50+mythes

avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la bataille du Vercors (1943-1944) au sang des Glières (été 1944)‏

Message par Torchwood le Lun 30 Sep - 16:00

Jeannot.. le seul crétin sur terre qui ose mettre dans le meme sac le massacre de maquisards francais par les allemands avec...

14. Le poisson rouge n’a pas une mémoire de 3 secondes No 
20. Le coin-coin des canards résonne comme n’importe quel autre son Sleep 
25. La vie d’une mouche ne dure pas 24 heures fuite11 
36. Aucun produit chimique ne change la couleur de l’eau lorsque quelqu’un
fait pipi dans la piscine mdr11 
39. Le sang dans les veines n’est pas bleu zen11 


sérieusement jeannot tu as un grave problème psychiatrique pour oser mettre en relation la pisse dans un piscine et des maquisards qui ont combattu héroïquement pour la france..


avatar
Torchwood
Maître
Maître

Messages : 2231
Date d'inscription : 22/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la bataille du Vercors (1943-1944) au sang des Glières (été 1944)‏

Message par Jean Bart le Lun 30 Sep - 16:19

Torchwood a écrit:Jeannot.. le seul crétin sur terre qui ose mettre dans le meme sac le massacre de maquisards francais par les allemands avec...

14. Le poisson rouge n’a pas une mémoire de 3 secondes No 
20. Le coin-coin des canards résonne comme n’importe quel autre son Sleep 
25. La vie d’une mouche ne dure pas 24 heures fuite11 
36. Aucun produit chimique ne change la couleur de l’eau lorsque quelqu’un
fait pipi dans la piscine mdr11 
39. Le sang dans les veines n’est pas bleu zen11 


sérieusement jeannot tu as un grave problème psychiatrique pour oser mettre en relation
la pisse dans un piscine et des maquisards qui ont combattu héroïquement pour la france..



Nous sommes dans la rubrique: les mythes, fais plus attention, c'est sérieux !
tu n'es pas au boulot à t'amuser avec ton ordi !!
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la bataille du Vercors (1943-1944) au sang des Glières (été 1944)‏

Message par Torchwood le Lun 30 Sep - 18:02

justement jeannot

parler mythe et maquisard dans la meme phrase c est limite débile de ta part

quoi que non.. c est pas limite.. c'est.. débile..

mais bon on peut pas demander à un crétin nazi d'être plus intelligent qu un âne...
avatar
Torchwood
Maître
Maître

Messages : 2231
Date d'inscription : 22/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la bataille du Vercors (1943-1944) au sang des Glières (été 1944)‏

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum