Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !

8 mai 1945 : rendez vous tragique à Bad Reichenhall par Eric Lefèvre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

8 mai 1945 : rendez vous tragique à Bad Reichenhall par Eric Lefèvre.

Message par Jean Bart le Ven 8 Mai - 11:04


8 mai 1945 :
rendez vous tragique à Bad Reichenhall par Eric Lefèvre.




Rendez-vous tragique à Bad-Reichenhall.

L’exécution par la 2e DB de douze soldats de la division « Charlemagne »,
le jour même de la capitulation allemande de 1945, constitue un épisode bien mineur
d’un conflit qui a coûté tant de millions de morts. 
Elle suscite pourtant la gêne car elle est associée à la figure légendaire
du futur maréchal Leclerc. 
Cette exécution est devenue le symbole d’une guerre civile dont l’issue dépendait
de l’affrontement d’armées étrangères. 
Le fait que des Français en uniforme américain furent amenés à fusiller des Français
en uniforme allemand n’en est-il pas la tragique illustration ?
Cette affaire a également suscité bien des interrogations. 

Qu’en est-il à ce jour ?



A Bad Reichenhall, près de son PC, le général Leclerc interroge
les douze Français en uniforme allemand. 
La tension est vive, les propos échangés acerbes.

En ce 7 ou 8 mai 1945, vers 17 h, trois pelotons d’exécution abattent l’un après l’autre
trois groupes de quatre Français en uniforme allemand, à une ou deux exceptions
près celui des Waffen-SS.
Chacun de ces pelotons a été fourni par une section de combat, celles des sous-lieutenants Florentin, Bell et Morvan , de la 4e compagnie du ler bataillon du Régiment de marche
du Tchad (RMT), corps organique de la 2e DB. Une compagnie formée à partir
d’un escadron porté FFI recruté à Paris en 1944. Pour l’exécution a été choisie
une petite clairière jouxtant le chemin de Kugelbach, sur le territoire de la commune
de Karlstein, limitrophe de la petite ville de Bad-Reichenhall,
en Haute-Bavière, non loin de l’Oberzalberg.
Ces douze Français appartiennent à la 33e Waffen-Grenadier-Division der SS
« Charlemagne » (française n°l) et tous ou presque au régiment de circonstance
du SS-Obersturmbannführer Hersche.
Il est parti cinq semaines plus tôt du camp de Wildflecken, en Franconie,
pour rejoindre le reliquat de la division rassemblé dans le Mecklembourg
après avoir échappé au chaudron de Poméranie, où les unités françaises ont été décimées.
Intégrant lui-même quantité de rescapés de ces combats, quelquefois blessés,
ce régiment de 1 200 hommes a dû finalement prendre le chemin du Sud.
A la suite de quelques nouveaux combats livrés par nécessité contre les troupes américaines,
il a été dispersé en Bavière, la plus grande partie de ses unités parvenant à gagner à pied
la province de Salzbourg, voire à franchir le Brenner.
Les douze hommes se sont-ils trouvés séparés des éléments étoffés du régiment Hersche qui,
après s’être battus à Moosburg, rattachés à la SS-Grenadier-Division « Nibelungen »,
seront faits prisonniers près de Lofer, à 20 km au sud-ouest de Bad-Reichenhall ?
C’est le cas indiscutable de la majorité d’entre eux.
Avant de tomber sous ces balles fratricides en chantant la Marseillaise,
sinon en criant « Vive la France ! », dans une atmosphère très pénible
quoique de grande dignité, ils ont tous , à une seule exception,
été confessés sur les lieux mêmes par l’aumônier d’une autre unité de la 2e DB,
le groupe d’artillerie Xl/64e RADB.
Ce prêtre, le sous-lieutenant Maxime Gaume (1911-1995), spécialement désigné
pour les assister, leur a donné la communion et a recueilli les lettres,
écrites sur l’heure au crayon, que neuf d’entre eux souhaitaient adresser à leurs familles.
Toutefois, on lui conseillera d’attendre pour les envoyer et il ne les postera pas
avant février 1946.




Le caractère tragique de leur situation se lit dans le regard des vaincus
qui seront fusillés quelques heures plus tard par des compatriotes. 
De gauche à droite : le lieutenant Krotoff, le sous-lieutenant Briffaut
(au premier plan, en uniforme de la Wehrmacht)
et le sous-lieutenant Daffas (regardant le photographe).

Il restera marqué par cette tragédie sa vie durant.
Sur ordre, les cadavres furent laissés sur place, tels qu’ils étaient tombés.
Le père Gaume interviendra quand même auprès des troupes américaines
pour les faire enterrer.
Des tombes individuelles, surmontées de croix de bois, seront creusées
quelques jours plus tard dans la clairière, puis, dit-on, bénies par un aumônier américain.
Malheureusement, quand on exhumera les douze fusillés le 2 juin 1949 pour les transporter
dans une tombe commune du cimetière communal Sankt-Zeno de Bad-Reichenhall,
seuls les trois officiers pourront être identifiés, deux des croix seulement portant
un nom selon le maire de Bad-Reichenhall (l’âge indiqué s’applique à la date du décès) :

— le W-Obersturmführer (lieutenant) Serge Krotoff, 33 ans, domicilié à Paris ;

— le W-Untersturmführer (sous-lieutenant) Raymond Daffas, 37 ans,
de Paris également (1) ;

— le W-Untersturmführer Paul Briffaut, 26 ans, de Nice
(démobilisé en décembre 1944, en conservant son uniforme de la Wehrmacht
précédemment porté dans la LVF).

Un quatrième fusillé, puis un cinquième seront ultérieurement identifiés
grâce aux lettres adressées à leurs familles :

— le W-Grenadier Raymond Payras, 22 ans, de Touget (Gers) ;

— le W-Unterscharführer (sergent) Jean Robert, 30 ans, de Nantes.

Parmi les sept autres, restés jusqu’à maintenant inconnus,
l’on trouve semble-t-il un seul sous-officier.
Ce sont là les faits avérés.
A tous autres égards, quoi que l’on ait pu affirmer ou écrire jusqu’à maintenant
sur cette affaire, et l’on ne s’en est pas privé, quitte à déformer les faits de part et d’autre,
à faire montre d’une imagination incontrôlée !  l’on manque de certitudes,
l’on est parfois réduit aux hypothèses.
C’est bien sûr, comme souvent, le lot de sources contradictoires,
aggravées par un inévitable aspect passionnel.




Pour l’exécution voulue selon toute vraisemblance par Leclerc (médaillon),
a été choisie cette petite clairière jouxtant le chemin de Kugelbach,
sur le territoire de la commune de Karlstein, limitrophe de la petite ville
de Bad-Reichenhall, non loin de l’Oberzalberg
.

Quand et comment les douze hommes sont-ils devenus les prisonniers de la 2e DB ?

Signalons, pour mémoire, que selon un enquêteur allemand officieux, les douze hommes,
d’abord rassemblés dans un hôpital, se seraient rendus le 6 mai à des unités américaines
ne pouvant qu’appartenir à la 3e division d’infanterie US.
Internés avec des prisonniers allemands dans la caserne des chasseurs de montagne
de Bad-Reichenhall, ils s’en seraient échappés en apprenant la présence
de troupes de Leclerc dans la ville et, dénoncés par des paysans, auraient été capturés
dans un petit bois proche par des unités non identifiées de la 2e DB,
a priori la veille de leur exécution.
Pour le père Gaume, par contre, ils se sont rendus aux Américains (2) le matin même
du drame et ont immédiatement été remis à l’EM de la division, qui, selon lui encore,
s’en est trouvé bien embarrassé.
La teneur de la lettre que l’un des trois officiers fusillés a rédigée pour sa femme
l’après-midi de l’exécution, dans la clairière même
 « Je me suis rendu ce matin aux Américains »  
confirme cette dernière version et ne peut que clore ce premier débat.

Une exécution des plus sommaires ?

L’on avance généralement que cette exécution présentait un caractère des plus sommaires.
Mais l’on a aussi écrit qu’elle était consécutive à une décision de justice.
Or, non seulement la justice militaire divisionnaire du commandant Henriquet était restée
avec la base à Dießen, au sud-ouest de Munich, à 125 kilomètres de là, mais encore,
le tribunal militaire constituant son organe aurait-il eu le pouvoir de prononcer
des condamnations à mort immédiatement exécutoires à l’encontre de prisonniers de guerre,
il est vrai avant tout considérés comme traîtres en vertu des nouveaux textes entrés
en vigueur en France ?
Près de son PC à Bad-Reichenhall même, le jour même de l’exécution, le général Leclerc,
commandant la 2e DB, s’est entretenu avec les prisonniers, comme en témoignent
les photos prises par un reporter du service cinéma des armées présent sur place.
Il est attesté que les propos échangés furent vifs, le général reprochant aux pitoyables
vaincus de porter l’uniforme allemand, l’un d’eux lui rétorquant qu’il se trouvait
bien lui-même en uniforme américain…

Peut-être était-il particulièrement excédé ce jour-là, tant par l’ordre impératif
d’évacuer la région, donné par ses supérieurs américains, que par leurs remontrances ,
faites notamment par le Major-General Frank W. Milburn (3),
commandant le XXIe corps US auquel était rattachée la 2e DB ;
quant aux pillages immodérés imputables aux troupes françaises.
Et puis le caractère passionné de ce croisé, engagé corps et âme dans une impitoyable
guerre civile dès 1940 en A-EF, ne pouvait qu’être aiguillonné à la vue de ces compatriotes
en tenue ennemie, les tout premiers que ses hommes et lui rencontraient depuis leur arrivée
en Allemagne, moins de quinze jours auparavant.
Ignorait-il que le gouvernement du maréchal Pétain avait légalement autorisé leur enrôlement ?
Une circonstance nécessairement aggravante à ses yeux, sans nul doute.
Payés pour savoir de quelle façon l’épuration s’était déroulée en France à l’été
et à l’automne précédents, les soldats de la 2e DB étaient de toutes façons prêts,
dans leur majorité, à considérer comme normale toute solution extrême.

La date de l’exécution : le 7 ou le 8 mai ?

Rappelons qu’avant que des éléments de la 2e DB n’y parviennent, Bad-Reichenhall,
située dans le secteur tenu par la 352e Volksgrenadierdivision (zbV) allemande
du Generalmajor O.E. Schmidt, a d’abord été atteinte et traversée par le 7e Rl
de la 3e DI US le 4 mai.
L’on sait, grâce à l’étude minutieuse des journaux de marche de la 2e DB,
que des unités de cette division cantonnent d’une façon permanente dans la ville
cinq jours durant, du 5 mai 1945 après-midi au 10 mai après-midi, les unités présentes
se relayant jusqu’au pour aller visiter le Berghof, la propriété d’Adolf Hitler
où les hommes de Leclerc sont arrivés les premiers, à seulement une vingtaine de kilomètres.
Le père Gaume écrira aux familles des fusillés que l’exécution a eu lieu le mardi 8 mai,
jour qui marque l’annonce au monde, à 15 h, de la capitulation sans conditions signée la veille,
les hostilités ne prenant fin qu’à 23 h 01, heure d’Europe centrale. 
Cette capitulation ne sera ratifiée que le 9 mai à 0 h 15 à Berlin.
Le rapport du 6 décembre 1948 d’une nouvelle enquête effectuée sur la demande du maire
par le Polizei-Oberkommissar Aigner auprès des témoins allemands confirme la date du 8,
qui sera finalement inscrite sur la tombe commune et la plaque du monument aux morts
de Bad-Reichenhall.
Pourtant, si l’on en croit les documents joints aux JMO de la 2e DB, ce jour-là,
à l’heure indiquée par tous les témoins, 17 h, le gros du l/RMT (chef de bataillon Fosse),
et notamment la 4e compagnie qui procéda aux exécutions, a évacué la ville depuis
la fin de la matinée, conformément aux ordres du XXIe corps d’armée US !
Ces derniers visaient toutes les autres unités de la 2e DB cantonnées soit dans la région
de Berchtesgaden, soit à Bad-Reichenhall et ses alentours
(dans le second cas, outre le l/RMT, le QG divisionnaire sans ses services restés à Dießen,
la 97e compagnie de QG, la compagnie mixte de transmissions 97/84,
le groupe d’artillerie Xl/64e RADB, la batterie hors rang et la 1re batterie du 22e groupe
colonial de forces terrestres antiaériennes).
La journée du 8 est d’ailleurs marquée par une intense activité, totalement mobilisatrice,
près de mille véhicules de la 2e DB traversant la ville, la quittant ou s’y arrêtant.
Les départs s’échelonneront jusqu’au 10.
Le lundi 7 mai, en revanche, le l/RMT, cantonné du 6 au 8 à Bayerisch Gmain,
commune limitrophe , reste disponible toute la journée, chargé de la sécurité de la ville
de Bad-Reichenhall et prenant à cette fin ses ordres du 3e bureau divisionnaire
(chef d’escadron Mirambeau puis lieutenant-colonel Le Comte).
De surcroît, l’on sait parfaitement dans la journée du 7 que la capitulation allemande
a été signée à Reims dans la nuit, à 2 h 41.
L’EM de Leclerc l’apprend par télégramme dès le matin et Radio-Flensburg l’annonce
dans l’après-midi à toute l’Allemagne par la voix du comte von Krosigk.
Ajoutons que le groupe d’armées G allemand avait déjà capitulé,
les hostilités ayant pris fin dans sa zone d’action le 6 mai à midi.
Par suite de ces divers constats, à moins que le départ de la 4/RMT n’ait été différé
sans trace écrite, il y a tout lieu de croire que l’affaire s’est déroulée le 7 mai (4).
Sans doute y a-t-il eu alors confusion dans les mémoires des témoins et acteurs liant
celle-ci au jour de la capitulation, du fait que seul le 8 mai est resté pour l’Histoire
la date officielle de la fin de la guerre.

Découvrir un responsable ?

Il est habituellement suggéré, sinon affirmé, même par des anciens de la 2e DB,
que c’est le général Leclerc en personne qui aurait pris d’autorité, ou du moins provoqué
la décision de faire fusiller les douze prisonniers, sommairement ou dans des formes
plus ou moins légales.
Le capitaine Georges Fouquet, l’aumônier divisionnaire, devra admettre, quitte à en faire
porter la responsabilité par un officier dont il ne se remémore plus le nom,
que la décision a de toutes façons été prise à l’état-major de la 2e DB,
ce que confirme le père Gaume.
Il ressort du témoignage particulièrement fiable d’un simple soldat de la 97e compagnie de QG,
qui adressera des photos à l’une des familles, que personne ne l’ignorait alors !

Le fait qu’un aumônier ait été spécialement désigné pour assister les « condamnés » semble l’attester, connaissant les convictions religieuses affichées du commandant de la 2e DB.
D’autant que le père Gaume , il l’a affirmé ,fut investi de cette mission par le père Fouquet,
de l’état-major.



Il semble par ailleurs établi qu’un contact radio a été assuré préalablement avec Paris
au sujet des douze hommes (5), suivi, selon certains, d’une réponse évasive
permettant toutes les interprétations.
Selon l’aspirant Yves C. (mort en 2000), par contre, alors chef du peloton de protection
de QG à qui leur garde aurait été confiée la veille de l’exécution, ordre aurait alors
été donné de Paris de les rapatrier en France pour les juger (6).
Le lendemain, toujours selon le même, des hommes du RMT, munis d’un ordre de transport
du 3e bureau, auraient pris en charge les prisonniers.
Leur exécution aurait finalement été décidée par le commandant de la 4e compagnie,
le lieutenant Maurice Ferrano (1909-1981), un vieux dur à cuire, compagnon de la Libération depuis 1942 et récemment fait chevalier de la Légion d’honneur, qui se serait ensuite
fait sérieusement « laver la tête » par le général Leclerc. Hélas !
S’il est certain que le lieutenant Ferrano organisa l’exécution sur place et désigna les pelotons,
la version de l’aspirant C. contredit singulièrement les témoignages les plus solides
sur les points essentiels.
Elle doit néanmoins être versée au dossier, car elle est la seule à vouloir décharger
le commandant de la 2e DB de toute responsabilité.



La plaque apposée en 1963, photographiée par l’auteur en 1972,
au cimetière Sankt-Zeno.
Le nom de Payras, oublié à l’origine, a été rajouté.

1. Tôt reconnu par d’anciens officiers de la « Charlemagne » sur les photos prises,
mais identifié par erreur comme Robert Stoffart sur la tombe commune du cimetière
Sankt-Zeno ayant accueilli les corps en 1949, puis Robert Doffat sur la plaque posée
sur le monument aux morts de la Première Guerre du même cimetière,
près duquel les restes des fusillés ont été transportés en 1963.

2. Vraisemblablement au 9th Field Artillery Battalion de la 3e division d’infanterie US,
cantonné à Bad-Reichenhall à partir du 5 mai.
Ce sont probablement des éléments de ce groupe d’artillerie qui les enterreront.

3. Il est venu en personne au QG de Leclerc le 8 mai à 10 heures en compagnie
de deux autres généraux.
Son chef d’état-major s’était déjà présenté la veille.

4. La lettre de l’un des fusillés déjà citée n’est pas datée et ne permet donc pas de trancher
cet autre débat.

5. La liaison radio directe avec Paris était assurée dès le 6 mai par la CMT 97/84
au moyen d’un poste SCR-193, puis d’un SCR-199.

6. A cette date, en vertu de textes rétroactifs, ils étaient justiciables des cours de justice départementales, inculpés de trahison, d’intelligence avec l’ennemi ou d’atteinte
à la sûreté extérieure de l’Etat.






Source :  study



http://la-flamme.fr/category/non-classe/
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum