Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !

Nouvelles du front : Là où ça bouge !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouvelles du front : Là où ça bouge !

Message par Jean Bart le Dim 12 Avr - 9:21




Créationnisme, cet autre révisionnisme
:
 study


la Terre est fixe et ne tourne pas autour du Soleil,
par Laurent Glauzy :

http://www.lelibrepenseur.org/2015/04/08/creationnisme-la-terre-est-fixe-et-ne-tourne-pas-autour-du-soleil-par-laurent-glauzy/



Comment vaincre le Nouvel Ordre Mondial
:​
 study

http://michelduchaine.com/2015/04/05/comment-vaincre-le-nouvel-ordre-mondialvoici-8-facons-pour-faciliter-letablissement-de-lere-nouvelle/

​​


Lutte contre la pédocriminalité​ :​  study

http://www.democratie-royale.org/2015/04/lutte-contre-la-pedocriminalite-stan-maillaud-ex-gendarme-parachutiste-dans-les-forces-speciales-video.html




​ La Shoah aux enfants de CM2 !!  study   scratch

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/2015/04/08/liberation-des-camps-nazis-comment-raconter-la-shoah-aux-enfants-700283.html

Caen : Vanina Brière raconte la Shoah aux enfants.
Par Pauline Latrouitte, 08/04/2015

FRANCE 3 BASSE-NORMANDIE.
Dans le cadre du 70ème anniversaire de la libération des camps nazis,
une historienne, auteur de roman jeunesse, rencontre jusqu'au 6 mai
des élèves de CM2 de l'agglomération caennaise, qui ont étudié son roman "les souliers à talons".

Vanina Brière est historienne.
Doctorante en histoire contemporaine, elle a fait sa thèse sur les Français déportés
au camp de concentration de Buchenwald et travaille à la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.
L'an dernier, en 2014, elle publie son premier roman jeunesse "Des souliers à Talons"
aux éditions Oskar Jeunesse.

-- L'histoire du livre --   study

​"Elisabeth et son amie Rachel ont grandi ensemble.
Elles ont partagé beaucoup de choses, tout le monde le sait,
surtout leurs petits-enfants qui passent tous leurs étés avec les deux vieilles dames.
Une discussion un peu vive entre ces derniers va amener les deux grands-mères
à faire un saut dans le passé et à conter leur vie bouleversée par la Seconde Guerre mondiale
et la déportation.
Comment l’existence d’une petite fille et de sa famille a-t-elle pu basculer
parce qu’elle était née juive ?
Comment a-t-elle pu survivre dans l’enfer des camps et comment a-t-elle pu
se reconstruire à son retour ?

Au fil du récit, les petits-enfants vont découvrir l’histoire de leurs familles
et surtout l’importance des valeurs qu’ils auront à transmettre."

-- Le projet pédagogique Brundibár --  study

​Cette rencontre a été initiée par le Théâtre et le Mémorial de Caen dans le cadre
du projet pédagogique autour de l'Opéra Brundibár.
Cette œuvre, composée par Hans Krása, a été montée pendant l’hiver 42-43,
dans un orphelinat juif de Prague.
Tous les enfants et les adultes qui y participent sont ensuite déportés au camp de Terezín,
en Tchécoslovaquie, où ils rejouent Brundibár pour une visite du camp par La Croix-Rouge.
Cette visite n'est autre qu'une sinistre mise en scène, organisée par le Reich pour nier
la réalité des camps.
   Brundibár sera joué les 19 et 20 mai prochains au théâtre de Caen
et le Mar 9 JUIN 2015 à 20 h 00  au théâtre de Coutances.
Durée : 50 min
A partir de 10 ans [notez bien: 10 ans ! - Note Bocage]

Dans quelles écoles se rendra Vanina Brière ?

-Ecole Albert Camus (Caen) : mardi 7 avril à 9h30
-Ecole La Pigacière (Caen) : mercredi 8 avril à 8h45
-Ecole Les Vikings (Caen) : jeudi 9 avril à 14h30
-Ecole La Pigacière (Caen) : mercredi 8 avril à 8h45
-Ecole Michel Trégore (Caen) : jeudi 9 avril à 9h30
-Ecole Henri Sellier (Colombelles) : mercredi 6 mai à 9h30



Illustration par une vidéo du total échec de Raul Hilberg,
l’éminent historien de "l’Holocauste"

study scratch
http://robertfaurisson.blogspot.it/2015/04/illustration-par-une-video-du-total.html



Matraquage d'élèves par un survivant menteur
.
 study

Comme nous le disions hier, la Toile regorge chaque jour
d'articles relatifs à "la Shoah", la plupart du temps truffés de mensonges éhontés,
articles que nous épargnons presque toujours à nos correspondants.
Mais le matraquage de jeunes esprits nous insupporte particulièrement et,
dans le cas qui va suivre, nous ne saurions trop conseiller à nos correspondants
d'écrire au journal concerné en cliquant, sur le site, sur "Réagir" :

- il est dangereux,très dangereux de jouer sur la corde émotionnelle de jeunes élèves
et il est inadmissible d'instiller en eux à ce point la haine de leur voisin allemand
(et quid d'une "Europe unie" ?): study

http://www.leparisien.fr/espace-premium/yvelines-78/le-survivant-d-auschwitz-a-emu-les-collegiens-09-04-2015-4676597.php

< START>

Le survivant d'Auschwitz a ému les collégiens Charles Baron, ancien déporté,
a rencontré des élèves du collège Camille-du-Gast.
Il leur a notamment raconté comment il avait échappé aux chambres à gaz.
Par Yves Fossey | 09 Avril 2015

"A votre âge, j'ai été envoyé dans un camp de concentration.
Pour les nazis, nous n'étions pas des hommes et nous étions destinés à mourir...
" Hier matin, Charles Baron, 89 ans, rescapé du camp de concentration d'Auschwitz,
en Pologne, est allé à la rencontre des élèves d'une classe de 3e du collège
Camille-du-Gast d'Achères.
Détenu pendant trente-deux mois dans ce camp entre septembre 1942
et mai 1945, il a livré un témoignage poignant.
Réfugié chez ses grands-parents à Saint-Rémy-lès-Chevreuse,
il avait été arrêté parce qu'il était d'origine juive.
Les collégiens ont été touchés par l'histoire de cet homme.
"C'est quoi, une rafle ?" demande un élève.
Un autre l'interroge sur la vie quotidienne dans le camp :
"Qu'est-ce qui vous a fait tenir ? "
Une adolescente enchaîne:
"Comment s'opérait la sélection pour la chambre à gaz ?"

   Des questions souvent suivies de silences.

"J'ai parfois du mal à trouver les mots", souffle l'ancien déporté avant d'entamer son récit.
Il évoque "l'enfer" en parlant de son transfert de cinq jours en train vers l'Allemagne
dans des wagons à bestiaux.
Il montre le tatouage (son matricule de prisonnier) inscrit sur son avant-bras gauche.

"Nous étions tondus. Au camp, j'étais le numéro A 17594, indique-t-il.
On était comme dans un abattoir d'où nous n'avions aucun moyen de sortir.
Le soir, on nous servait une soupe.
Nous recevions 20g de matière grasse pour cinq jours."
Le jeune juif perd beaucoup de poids.
Il pèse 29 kg. Malgré cela, il n'échappe pas aux travaux forcés.
"Nous creusions un tunnel pour créer un passage sous le camp afin de permettre
aux agriculteurs de faire passer leurs bestiaux", poursuit-il.
Il revient aussi sur le cynisme des gardiens.
"Ils s'amusaient à nous tirer dessus pour nous faire peur, confie le survivant.
Pour la chambre à gaz, les gens étaient mis en rang.
Le jeu du pouce, orienté soit à gauche, soit à droite, était utilisé pour désigner
les condamnés ou ceux qui ne l'étaient pas.

" Charles Baron y échappe.
Peut-être parce qu'il était parisien.

"Nous étions auscultés par des médecins nazis afin de voir si nous étions aptes à travailler.
Celui qui s'est occupé de moi s'est exprimé en français.
En voyant ma fiche, il m'a demandé si j'avais envie de revoir Paris.
Comme je lui ai répondu oui, je suis sorti de la file et mes camarades sont morts."

   "Tout bascule au printemps 1945.
Le déporté profite d'un changement de camp pour s'évader en compagnie d'un autre détenu.
Il marche pendant plusieurs jours avant de se réfugier chez un paysan allemand.
Il sera définitivement libre quelques jours plus tard à la suite de l'arrivée des alliés américains.

"J'ai pleuré et mon retour en France a été le moment le plus gigantesque de ma vie",
confie Charles Baron.
   
Cette détention est gravée à jamais dans sa mémoire.

"Aujourd'hui, j'ai le sentiment de n'être jamais sorti du camp, ça me hante.
Je ne fais jamais une nuit complète."
A l'issue des deux heures d'échange, les collégiens l'ont chaleureusement remercié.

< END>





Radio Courtoisie et la plaisanterie d'Olodogma
.
 Very Happy

Voici ce qu'on peut entendre ce jour 10 avril au "Bulletin de réinformation"
de la radio libre Radio Courtoisie (le bulletin est diffusé jusqu'à demain matin 7h.
Cliquer à droite sur le rectangle noir):
http://www.radiocourtoisie.fr/

< START>
La plaisanterie nauséabonde de mars [voy. n/message du 19 mars]

Comme on le sait, Yad Vashem est le gardien de la mémoire de l'Holocauste.
Ce qu'on sait moins, c'est que son site propose aux internautes du monde entier
d'actualiser en ligne la base de données des victimes de la Shoah.
Profitant de cette libéralité, le site italien Olodogma s'est livré le mois dernier
à une bien mauvaise plaisanterie.
Il a rentré en ligne le nom d'une certaine Edith Frolla, censée avoir été gazée
au camp de Majdanek, précisant sa date de naissance ­le 20 avril 1889 ­,
sa profession ­ peintre ­, et joignant même une photo de ladite Edith.
Comme le prouve la capture d'écran faite par Olodogma,
Yad Vashem a immédiatement actualisé sa base de données,
comptabilisant ainsi Edith Frolla comme une nouvelle victime de la barbarie nazie.

Malheureusement, tout est faux :

"Edith Frolla" n'est qu'une anagramme d'Adolf Hitler, et la date de naissance
ainsi que la profession rentrées par Oladogma sont celles du défunt chancelier.
Quant à la photo, elle représente Magda Goebbels, l'épouse de Joseph Goebbels,
ministre de la propagande du Führer.  

Il ne faut pas se demander comment, techniquement, une telle bévue
a été possible de la part de Yad Vashem.

Elle a été possible, techniquement, puisqu'elle a eu (*).
On évitera également de se demander combien d'autres ont pu ­
plus discrètement ­la précéder.

< END>

On reconnaît là la fameuse phrase signée de 34 historiens
(la "colonne grotesque", comme l'appellent les révisionnistes entre eux)
qui se voulait une réponse définitive aux découvertes du Pr Faurisson
et qui fut publiée dans "Le Monde" du 21 février 1979 (p. 23):

<< Il ne faut pas se demander comment, TECHNIQUEMENT, un tel meurtre de
masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu¹il a eu lieu.>>






La Norvège et "l'Holocauste" de ses Roms
.
 study

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/04/09/97001-20150409FILWWW00246-holocauste-les-roms-satisfaits-apres-les-excuses-de-la-norvege.php

Holocauste : les Roms satisfaits après les excuses de la Norvège.
AFP 9 avril 2015

Les représentants des Roms ont exprimé leur satisfaction aujourd'hui
après les excuses de l'État norvégien qui a admis avoir mené
une "politique d'exclusion raciste" qui a eu pour conséquence la quasi-éradication
de cette minorité dans les camps nazis.

"Je présente des excuses pour la politique d'exclusion raciste qui a été conduite
dans les décennies précédant et suivant la Seconde guerre mondiale"
,
a déclaré la Première ministre Erna Solberg.

"Je présente aussi des excuses pour les conséquences fatales que cette politique
a eues pour les Roms norvégiens pendant l'Holocauste"
.

Selon un rapport réalisé à la demande du gouvernement et publié en février,
66 Roms norvégiens, privés de facto de leur nationalité et confinés en Belgique,
ont été déportés dans des camps nazis pendant la Seconde guerre mondiale,
et seuls quatre d'entre eux ont survécu.
-----
Note Bocage:
Ce qu'omet de dire cet article du "Figaro" mais que signale le quotidien britannique "The Guardian",
c'est que la Norvège s'est engagée à payer des réparations correspondantes...






L'obsédé de la ch à g ce n'est pas Le Pen.
 study   scratch

Le Pr Faurisson conseille souvent à ses correspondants de consulter
régulièrement le site de l'historien Paul-Eric Blanrue. Il a raison.

Voici ce qu'on y trouve ce jour 10 avril:

http://blanrue.blogspot.fr/

< START>

L'épée à deux tranchants.
10 avril 2015

S'il était vrai, comme le propagent les militants benêts du FN qui défilent sur les écrans
pour cracher à qui mieux mieux sur le fondateur de leur parti, que la Seconde Guerre mondiale
n'est "pas d'actualité" et qu'il faut cesser d'en parler une fois pour toutes pour se consacrer
à la politique contemporaine, on s'interroge alors sur la raison pour laquelle l'ensemble des médias
et de la classe politique y revient chaque jour que Dieu fait, du matin au soir et du soir au matin ­
et ce que Florian Philippot, par exemple, va faire au cimetière de Colombey-les-Deux-Eglises.
Et on se demande aussi pourquoi, dans ce cas-là, on n'entend pas hurler de dépit ces emmanchés
tant épris de quotidienneté et de "politique de terrain".

La démocratie a réussi son pari :

-  rayer l'histoire de la tête de ses adeptes.
L'histoire commence au dernier scrutin et s'achève lors des prochaines élections :

-  le calendrier électoral est devenu l'alpha et l'oméga de la nouvelle "Weltanschauung".

Il me semble au contraire qu'aimer son pays c'est aussi aimer son passé et le défendre
contre les mensonges qui en défigurent l'appréciation.
Quand des affabulations, des impostures, des fables, de mauvaises blagues servent à l'empêcher
de redevenir souverain, à l'asphyxier sous la propagande étrangère, à l'abolir dans un geste
de mépris, à insulter les anciens (ces pères dont parle le mot patrie), à effacer les valeurs
qui l'ont constitué et à cadenasser la pensée politique d'aujourd'hui, il devrait paraître évident
à tout patriote sincère que son devoir est de les combattre jour après jour avec "l'épée à deux tranchants"
dont parlent les Ecritures, et non de tirer à vue comme un sniper du camp adverse sur ceux qui les bravent.

Le néo-FN, avec ses militants conformistes, trouillards, naïfs ou cyniques, a totalement oublié cette évidence.

On sait pourquoi, on sait pour qui.

Ce n'est pas Jean-Marie Le Pen qui a impatronisé la Seconde Guerre mondiale dans les esprits.
Ce n'est pas lui l'obsédé. Il réagit. Comme il peut.
Pas toujours comme il le faudrait, sans aucun doute.
N'importe :

- ce sont précisément ceux qui l'accusent d'être resté bloqué sur Pétain
et les chambres à gaz qui devraient faire un tour chez le psy.

Paul-Eric Blanrue

< END>
study
https://www.youtube.com/watch?v=u20z0xdbXw0&feature=youtu.be

Précisions sur le "détail" :
http://robertfaurisson.blogspot.it/1997_12_01_archive.html














avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelles du front : Là où ça bouge !

Message par Crocodil Dundee le Dim 12 Avr - 21:48

Je vais reprendre ce que j'ai dit sur ce forum et sur d'autres forums au sujet
de l'attitude de Jean-Marie Le Pen.
Il est Président d'honneur d'un parti qu'il a fondé, certes, mais qui a décidé enfin,
pas le travail de sa Présidente Marine Le Pen, de tout faire pour arriver à gagner le droit
à avoir des élus ! Avoir des élus, c'est donc pouvoir accéder à certains pouvoirs
dans un système qui, que nous l'aimions ou pas, est celui qui dirige notre pays.
Et aller dans cette direction, c'est la priorité.
Car pour pouvoir accéder à cet objectif, c'est convaincre des électeurs
Or, nous savons tous à qui appartiennent les médias, journaux et chaînes radio et télé,
à qui appartient l'éducation nationale (sic).
Nous savons qu'il y a en face de nous un pouvoir réel qui conditionne l'opinion publique,
donc les futurs électeurs, un pouvoir qui pour l'instant est incontournable !
Alors le choix est simple; brandir des arguments démontrant que la "vérité historique"
n'est pas celle qu'on enseigne et qu'on impose au public. Trés bien.
Mais alors n'allons pas sur le terrain du suffrage universel et restons "purs et durs"
en représentant 5, 6, 10% de citoyens...
Perspective: rester marginaux tout en ayant raison.
avatar
Crocodil Dundee
Chef
Chef

Messages : 1567
Date d'inscription : 24/09/2013
Age : 77
Localisation : Avignon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelles du front : Là où ça bouge !

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum