Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !

USA : Une vidéo de Bradley Smith sur les campus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

USA : Une vidéo de Bradley Smith sur les campus.

Message par Jean Bart le Sam 20 Déc - 10:25


Une vidéo de Bradley Smith sur les campus
.
 study  scratch



Le 26 octobre, le révisionniste américain Bradley Smith, fondateur du CODOH
(Comité pour un débat public sur l'Holocauste), diffusait sur son site une vidéo,
évidemment en anglais, intitulée:
"Fear, Shame and Gas Chambers :
The Failure of the American Academic Class
"

("La peur, la honte et les chambres à gaz:
la faillite de l'université américaine"
).

Et Bradley de présenter ainsi cette vidéo :

<< Pourquoi les professeurs américains insistent-ils pour que leurs étudiants "croient"
à ce qui leur est dit ,dit et redit ,à propos des Allemands et des juifs
pendant la Deuxième Guerre mondiale ?

Pourquoi les universitaires américains se refusent-ils à pousser les étudiants
à créer un libre débat d'idées sur ce qui s'est réellement passé au cours de cette bagarre ?
Pourquoi ?
Un mot suffit pour l'expliquer. Ils ont "honte". >>

Bradley conseille ensuite à ses lecteurs de visionner la vidéo qu'on trouvera à l'adresse suivante
(dérouler, la vidéo se trouve en bas de page):

http://codohfounder.com/

Voici la traduction, très rapide, de cette vidéo:

< START>

Bonjour.

Je m'appelle Bradley Smith.

Je viens de publier un livre qui a pour titre  "A Personal History of Moral Decay"
(" Une histoire personnelle de déliquescence morale ").
Je vais vous lire seulement les cinq premiers paragraphes d'un épisode du livre.
Cela vous donnera une idée de ma prose, si je puis m'exprimer ainsi.
En tout cas, ça va vous prendre à peu près quatre minutes.

Allons-y.

<< Je suis sur la mezzanine de l'Hôtel Bonaventure dans le centre-ville de Los Angeles.
Il s'y déroule une convention du Parti libertarien et il y a plein de gens partout.
En traversant la foule, je m'arrête pour accepter une photocopie d'article de journal
qu'un type est en train de distribuer.
Cet homme se met tout de suite à me dire que les histoires de six millions de juifs tués
pendant la Deuxième Guerre mondiale ne sont pas vraies.

<< Je suis abasourdi.

C'est comme si un personnage de film sur des extraterrestres était descendu sur terre
et m'avait zigouillé d'un rayon de son pistolet laser.
J'ai entendu parler de ces gens comme le gars qui me fait face, mais je n'en avais jamais vu.
C'est un homme petit, mince, d'âge moyen, avec une barbe pointue blanche,
des yeux bleus clairs et un teint vermeil , l'image même de la santé.
Il parle vite , et s'exprime bien,comme s'il craignait de perdre mon attention.

<< Dans le premier instant je ne saisis pas vraiment ce qu'il dit.
Puis je comprends qu'il est en train de me dire que les histoires de chambres à gaz allemandes
ne sont pas vraies, et que la plupart des histoires qu'on m'a racontées toute ma vie
sur les chambres à gaz et l'Holocauste ont pour but d'attirer la sympathie pour les juifs
au détriment des Allemands.
Je sens la sueur gagner les paumes de mes mains.

<< La première chose que je veux faire est de me dégager de cet homme.
Je suis atrocement conscient qu'il y a plein de monde autour de nous,
que les gens peuvent entendre ce qu'il dit.
Il a presque certainement fait du prosélytisme auprès d'eux avant mon arrivée.
Les autres, donc, ont déjà entendu ce que j'entends maintenant et, dans mon imagination,
chacun d'eux a un oeil sur moi pour voir ce que sera mon premier mouvement,
en attendant de me juger.

<< Je me sens honteux à écouter cet homme qui me parle des juifs.
Je me sens honteux à tenir à la main cette photocopie d'article.
J'écoute, mais, après les quelques premiers mots, je ne comprends plus rien de ce qu'il dit.
Mon cerveau s'est bloqué, par autodéfense.
Et pourtant, en même temps, j'ai conscience que le type semble bien informé,
et même sincère. >>

Bon. Voilà.
C'est ainsi que commence l'un des épisodes
de mon "Histoire personnelle de déliquescence morale".
Un titre délibérément ironique.
En gros, le livre raconte la vie qui a été la mienne, celle d'un fils d'ouvrier qui a grandi
dans les quartiers centre-sud de Los Angeles [autrefois zone de violence],
comment, à 21 ans, il s'est retrouvé à deux reprises blessé d'une balle
par l'infanterie chinoise en Corée;
comment, par la suite, il s'est retrouvé à tuer des taureaux au Mexique;
comment il a vécu sans domicile dans les quartiers pauvres de Hollywood.
Comment il s'est tiré en Extrême-Orient en voyageant sur des cargos.
Comment il s'est retrouvé à Saigon au moment de l'offensive du Têt en 1968.
Comment il y a "rencontré" là-bas le Che Guevara.

Et ensuite, après un certain nombre d'expériences plutôt étranges qui se situent
à Hollywood et qui sont révélées ouvertement, comment il y a eu cette nuit
à l'Hôtel Bonaventure, où il a pris conscience qu'il avait cru,
totalement et complètement, pendant 35 ans, à un événement historique
sur lequel il ne s'était jamais penché.
Ça, pour lui, c'était une croyance du début à la fin.
C'est cette nuit-là que, en dépit de la honte qu'il éprouvait,il a découvert , j'ai découvert ,
je découvrais en partie ,la profondeur de mon ignorance sur une question
à laquelle je voulais croire.
A laquelle j'étais déterminé à croire.
Cette croyance-là elle-même avait été totale.

Que l'on soit étudiant, que l'on soit professeur, quand il s'agit de s'interroger
sur les histoires de chambres à gaz, c'est à peu près la même chose pour tous:

- on a accepté le fait que poser des questions est un acte honteux.

La question n'est pas de savoir si on nie ou si on croit.
Ce qui compte c'est la peur que l'on ressent et qui empêche de préconiser,
de participer à un libre débat d'idées.
Les professeurs mènent leurs étudiants par le bout du nez.
  Et ainsi de suite.
[Ici une plaisanterie sur la rime,en anglais,des deux dernières phrases
et sa réflexion "Serais-je un poète ?"]

  N'oubliez pas:



"A Personal History of Moral Decay" est disponible chez : study

http://www.amazon.com/s/ref=nb_sb_noss/190-2411755-9569914?url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=A+Personal+History+of+Moral+Decay

Nous envoyons cette vidéo à tous les campus du pays.

Elle fait partie de notre campagne visant à éveiller l'esprit des universitaires
en particulier sur la façon dont l'histoire de la chambre à gaz est utilisée
comme arme miracle des sionistes pour justifier moralement la conquête
et l'occupation de la Palestine et des Palestiniens.

   Si vous estimez que ce travail en vaut la peine, n'hésitez pas à contribuer...

< END>



CODOH
POB 439016
San Ysidro, CA. 92143 (USA)
bradley1930@yahoo.com
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum