Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !

Extrait des cahiers de la SS : "L'Islam, grande puissance de demain".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Extrait des cahiers de la SS : "L'Islam, grande puissance de demain".

Message par Jean Bart le Mer 2 Juil - 8:18


     

L'Islam,grande puissance de demain.


L
a mort soudaine du jeune roi Ghazi 1er d'Irak qui,
il ya environ un mois s'écrasa avec sa voiture contre un arbre et succomba au bout
de quelques heures à ses blessures graves, rassembla de nouveau le monde arabe
tout entier par esprit de communauté et de solidarité.
La première réponse spontanée à cet évènement fut l'assassinat du consul britannique
à Moscou qui fut lapidé à mort par les Arabes.

La raison:

- dans les cercles arabes à l'instinct aiguisé par le combat défensif mené durant des années,
on ne croit pas à un accident mais on considère le jeune roi comme une nouvelle victime
des services secrets britanniques qui ont aussi sur la conscience la mort du père de Ghazi,
le roi Feyçal 1er.
Le roi Feyçal mourut soudainement et de façon inattendue en 1933 à Berne.

Au début,sa mort fut attribuée à certains magnats du pétrole.
Aujourd'hui,on sait de façon certaine que Feyçal fut empoisonné par les Anglais.

M
ais la mort de Ghazi attire de nouveau l'attention sur les arrières plans devant lesquels
se sont joués,durant ces dernières années, des évènements d'une grande importance
au sein du monde arabe.

L'observateur politique attentif se posera donc obligatoirement la question:

- Quels rapports existent ici et dans quelle mesure est-il possible de mettre en relation
un phénomène politique, religieux ou idéologique avec ces évènements ?

On doit cependant éviter de commettre l'erreur de considérer les notions de "monde arabe" comme quelque chose de complètement homogène en soi,car l'arabisme
dans l'Afrique du Nord française obéit à des lois totalement différents
de l'Egypte,et les formes d'expression religieuse chez les Wahabites d'Ibn Séoud
divergent totalement de celles des Arabes de Transjordanie.


D
es exigences nationalistes déterminées par la tribu de même que des différences
culturelles et religieuses créent une image si complexe et mouvementée,
des intérêts dynastiques et des liens politiques avec quelques grandes puissances européennes ont des répercussions tellement différentes qu'il est difficile de parler simplement d'un style
de vie unique,organisé et fondé sur des lois établies.
Et cependant,un tel type de vie existe.Pas dans un sens étatique.
Pas davantage dans la similitude totale des croyances religieuses, pensons seulement
aux nombreuses sectes existant au sein de l'islam, mais cette communauté élevée se fonde
sur une réalité qui est très difficilement compréhensible à l'Européen.



C[/b]e qui unifie les Arabes sans doute jusqu'à un certain point dans leur combat
de libération contre la domination étrangère britannique, c'est le nationalisme ardent
de même que le désir d'être libre et d'avoir un Etat indépendant.
A l'origine de cela se trouve,certes différente selon les tribus,mais pourtant formant
finalement une unité, cette religion qui est devenue, en tant que doctrine du prophète Mahomet,une puissance internationale d'une importance de premier ordre,
qui désire se manifester sous des conditions totalement nouvelles et se révèle être
actuellement une puissance politique mondiale.
Toutefois, lorsqu'on s'interroge sur la nature de ce qui constitue ces forces puisant leur vitalité
à cette source intarissable,on doit revenir à l'époque où l'islam vécut son premier contact
avec le monde occidental.
Dans ces confrontations entre le monde occidentalo-chrétien et orientalo-islamique
qui ont exercé une influence décisive sur toute l'évolution de l'islam,l'Orient
était l'élément actif jusque vers la fin du XVIIe siècle.

Puis se produisit une pause passagère dans les combats jusqu'à ce que Napoléon,
de son côté,ait étendu l'ardeur belliqueuse de l'Occident à l'Orient
et ait ainsi été à l'origine d'une évolution caractérisée par un combat constant
entre l'Orient et l'Occident qui atteint dans la Grande Guerre son point culminant
avec la décadence de l'Empire turc d'Osman.
Pour la première fois dans l'histoire de la communauté arabe, les années suivantes
ont peut être mit le problème tellement en évidence qu'il est maintenant possible
de définir de façon plus réaliste,la nature des multiples forces de ce mouvement
et ses émanations dynamiques.





I
l est un fait établi que l'islam a cessé d'être une simple doctrine religieuse
et qu'il a plutôt représenté une liaison entre un pur nationalisme et un fanatisme religieux.
Mais aujourd'hui,l'univers commun de l'islam est formé plus vivement que jamais
par le sentiment d'une communauté de destin oriento-islamique naturellement hostile
à tout ce qui est occidental.

Il trouve sa plus forte et plus puissante expression dans cette opposition à l'Occident
et au christianisme.
On doit cependant faire une parenthèse: cette communauté de destin du monde arabe
sur arrière-plan islamique n'a rien à voir avec la prétendue idée panislamique telle
qu'elle fut propagée autrefois par les califes turcs et qui  visait à la création
d'un grand Empire islamique unit.
Surtout durant l'époque d'avant-guerre,ce mouvement formait un élément avec lequel
il fallait compter politiquement puisqu'il était précisément le fruit de raisons liées
à une nécessité politique.
Mais il se décomposa avec la chute de l'Empire d'Osman,lorsque les revendications
des tribus et les mouvements nationaux multiples se ravivaient parmi les Arabes,
les musulmans se combattant mutuellement quand cela devait servir leurs objectifs politiques.
Le souvenir de la "guerre sainte" est encore partout vivace,à laquelle l'avant-dernier-sultan appela les croyants en Mahomet contre les Alliés et qui fournissait
un piètre témoignage d'une idée panislamique.



I
l serait beaucoup plus judicieux aujourd'hui,à la place d'un mouvement panislamique
dans l'esprit de celui du sultan,de parler d'un nationalisme islamique qui,certes,
a des origines aussi différentes que celles de chaque tribu,mais qui partout,
et en cela réside son importance décisive,représente la même alliance entre les forces
nationales et religieuses.
Mais cette corrélation s'exprime sans doute mieux dans cette partie du monde islamique
qui est aussi devenue le point de départ de la doctrine de Mahomet:

- dans l'espace vitale arabe du Proche-Orient.
(Dans ce contexte,on ne peut oublier que les adeptes de l'islam ne sont pas seulement arabes,mais qu'il y en a aussi en Inde,au Japon, dans les Indes néerlandaises,
les Balkans,etc..,qui ne possèdent du reste pas le moindre rapport racial
avec les Arabes islamiques !).
Et ici,dans le monde exclusivement arabe,l'islam a créé un mouvement lié aux idées nationales que l'on a appelé panarabisme et où s'exprima le front défensif le plus fort ou plus précisément l'hostilité la plus violente envers l' Europe et le christianisme
qui soit parti de ce territoire depuis la progression des Maures en Espagne.
(Du reste,comparons les monuments culturels et les trésors artistiques admirables
que les Maures ont produit d'une volonté artistico-culturelle provenant d'esprits
et de sensibilités totalement dérangés !).
Cette opposition se manifeste particulièrement là où les formes de vie politique
sont encore imprégnés de manière visible par l'esprit de combat,
comme en Palestine, en Algérie et dans d'autres centres de la lutte pour le pouvoir.
Et ici,au coeur de cette zone de combat,se trouve aussi ce lieu qui constitue en quelque sorte
le moteur du mouvement panarabe et qui représente à la fois le coeur spirituel
et religieux de cette gigantesque lutte,c'est-à-dire l'université du Caire El-Ashar
célèbre depuis des siècles.
De ce point de concentration énorme d'énergie religieuse et politique sortent annuellement d'innombrables professeurs et chefs allant dans toutes les parties du monde arabe
pour prêcher la haine de toute domination étrangère.
Les instituts musulmans restants à Damas ou à Fez sont également des points
de rassemblement de l'élite dirigeante islamique d'où les professeurs musulmans,
nommés "ulémas" partent sur le front du combat et suscitent une nouvelle impulsion belliqueuse dans les petites mosquées et les lointains villages de Bédouins.  


 
E
n rapport avec les efforts panislamiques du califat turc,il est important
de mentionner encore ce qui suit:

- L'abolition du califat par Kémal Ataturk,le créateur de la nouvelle Turquie,
décédé il y a quelques mois,n'était dirigé aucunement contre l'islam en tant que tel.

En substance,il était impératif de soustraire la jeune Turquie aux problèmes
des Etats arabes restants ayant quitté le vieil Empire d'Osman pour garantir
de cette manière l'édification du jeune Etat turc que de durs sacrifices
avaient rendu possible.
C'est ce qui détermina cette séparation du sultanat et du califat,
qui fut suivie ensuite dans le cours de l'évolution par l'abolition complète
mais pas totalement définitive du califat
(donc de l'autorité religieuse de tous les mahométans).
Le fait que le califat lui-mme fut ensuite aboli ne doit pas être attribué à des personnalités arabes déterminées qui voulaient ainsi détruire définitivement à la source tous les espoirs réactionnaires d'une renaissance du vieil Empire osmanique.
A la suite d'évènements particuliers sur lesquels on ne peut s'étendre,
l'évolution ultérieure de la Turquie a alors abouti à une séparation
certaine entre Etat et l'islam de telle sorte que la Turquie
occupe aujourd'hui une sorte de position particulière par rapport aux Etats arabes restants.


M
ais en outre,l'énorme force d'attraction qu'exerce aujourd'hui comme autrefois
le lieu saint de l'islam sur tous les croyants,la ville de pélerinage de la Mecque,
démontre la force du sentiment d'appartenance commune à tous les musulmans.
Chaque année s'y rassemblent les pélerins de toutes les parties du monde.
Ils y reçoivent de nouvelles forces pour leur combat religieux et également politique
et les musulmans, s'élevant à environ 250 millions d'hommes dans le monde entier,
ressentent constamment le profond sentiment d'une communauté indissoluble.
Il s'agit,certes,d'une communauté religieuse présentant les traits évidents
d'un anti-occidentalisme et qui est par là le fondement d'un combat politique.


..../....


Dernière édition par Jean Bart le Mer 2 Juil - 10:08, édité 16 fois
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4864
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extrait des cahiers de la SS : "L'Islam, grande puissance de demain".

Message par Jean Bart le Mer 2 Juil - 8:20




L'
une des différences de nature la plus notable contre le christianisme et l'islam
se manifeste ici aussi.
Dans tous les rêves de  pouvoir et principalement dans les convoitises impérialistes
constamment exprimés,par exemple,par l'Eglise catholique au cours de l' Histoire,
le christianisme a été largement exclu des dernières prises de décisions politiques
dans tous les pays d' Occident.
Cela ne veut pas dire que celui-ci n'aurait pas participé aux conflits du passé:
mais lors des prises de décisions et des impératifs,il agissait contre l' Etat et ainsi
contre l'évolution politique de l' Occident.

En revanche,l'islam a pu motiver et influencer largement les décisions politiques
d'un point de vue religieux,a nouveau contrairement au christianisme,c'est parce que,
pour les Arabes comme pour les musulmans,la religion est tout simplement l'expression
de leur forme de vie naturelle de telle sorte qu'un choc des deux pouvoirs comparable
au heurt de l'empereur et du pape dans le monde occidental ne pouvait absolument pas
avoir lieu.
Mais dans le monde arabe existent aussi,comme nous l'avons déjà vu,des oppositions
qui sont exploitées aujourd'hui principalement par les Anglais pour empêcher
une fusion de tous les arabes.
Mais toutes ces divisions sont toutefois secondaires,même si elles persistent,tandis
que l'islam s'unit au nationalisme en cette synthèse que nous avons appelée
panarabisme,et qui,en tant que future grande puissance,fera face
aux puissances européennes encore incapables de prendre clairement position.


D
ans ce contexte,un homme mérite  une attention particulière.
L'une des personnalités dirigeantes arabes qui jouera un rôle déterminant,c'est Ibn Séoud,
le roi de l' Arabie-Saoudite,le plus grand Etat arabe actuel.
Ce  guerrier et diplomate intrépide,ayant à peine 20 ans et issu de la ville portuaire du Koweit
dans le golfe Persique,entra de force à Er Riad ,la capitale
de l'Empire arabe,en 1901,avec une poignée de Bédouins téméraires et reconquit
ainsi le pays de ses pères.
Il chassa en 1924 le roi Hussein de Hedjaz alors que celui-ci voulait
se nommer lui-même "calife",conquit très rapidement tout le Hedjaz avec
ses soldats bien équipés et annexa à son domaine comprenant aujourd'hui indirectement
le Yémen après avoir contraint l'imam du Yémen à se soumettre.
Cet Arabe orthodoxe de la secte des Wahabites compte aujourd'hui parmi
les figures présentes sur l'échiquier arabe et sur lesquelles comptent beaucoup de musulmans
espérant un rétablissement du califat.
La secte des Wahabites se différencie du reste des sectes islamiques par le fait qu'elle purifie
de nouveau la foi mohamétane de toutes les adjonctions et l'exprime au travers d'une règle
de vie presque puritaine
.  
La libération du dogmatisme théologique et le retour à la doctrine telle que le Prophète
l'a annoncé sont les caractères principaux de cette communauté du reste extraordinairement
morale des Wahabites.


On ne sait pas encore aujourd'hui si Ibn Séoud abordera la problème
dans le sens panarabisme renforcé,cette alliance entre le nationalisme
et l'islam caractéristique de l'évolution tracée.
" La guerre sainte" d'autrefois était une belle formule mais en réalité  
totalement vide de sens.
" La guerre sainte" de demain sera placée sous le drapeau vert du Prophète
et la bannière du panarabisme
,et cependant aussi du monde occidental,
obligeant ainsi le monde arabe à définir clairement ses sphères d'intérêts.


   

     

 


Correspondant aux armées.SS-
Alfred Püllmann.



Source :  study 

L'ordre SS: éthique et idéologie

Thibaut Edwige



Dernière édition par Jean Bart le Mer 2 Juil - 9:53, édité 4 fois
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4864
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extrait des cahiers de la SS : "L'Islam, grande puissance de demain".

Message par Jean Bart le Mer 2 Juil - 8:20


















13. Waffen Gebirgs Division der SS Handschar




(Waffen-SS de la division Handschar)
















Zvonimir Bernwald, der sich 1942 freiwillig zur Waffen-SS meldete, beschreibt,
welche Gemeinsamkeiten zwischen dem Islam und dem Nationalsozialismus
propagiert wurden, um den Kämpfern in der sogenannten Handschar die NS-Ideologie
nahe zu bringen. Die "Handschar" war eine Division der Waffen-SS, die vor allem auf
dem Balkan eingesetzt wurde.



Autres vidéos :  study 
http://www.youtube.com/results?search_query=Division+der+SS+Handschar
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4864
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extrait des cahiers de la SS : "L'Islam, grande puissance de demain".

Message par Jean Bart le Mer 2 Juil - 11:17




Il en reste 7 exemplaires chez Amazon : study



http://www.amazon.fr/Lordre-SS-id%C3%A9ologie-Thibaut-Edwige/dp/2906316202
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4864
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extrait des cahiers de la SS : "L'Islam, grande puissance de demain".

Message par Jean Bart le Ven 4 Juil - 5:58

Grandeur de l’Islam !



De la tribu de Mahomet au califat omeyyade, de la dynastie des Abbassides à l’Empire ottoman, la civilisation islamique a étendu son influence sur le monde. Saladin, Saint Louis, Tamerlan, Mamoun et Genghis Khan vont se croiser ici, en mille ans d’une épopée narrée avec talent
par l’auteur, mais aussi et surtout par les textes des poètes, des historiens ou des aventuriers qui l’ont racontée au fur et à mesure de son déroulement.
Soumission du Maghreb, conquête de l’Espagne, prise de Constantinople,
islamisation des Balkans et de la Perse, la civilisation musulmane, elle-même nourrie
de la métaphysique grecque, a fécondé en retour la pensée occidentale,
de l’Andalousie jusqu’aux portes de l’Orient.

Mais l’Islam, ensemble de peuples différents priant tous en direction de La Mecque,
c’est aussi une volonté d’unir le religieux et le politique tout en maintenant le dogme
à l’abri des représentations philosophiques.
De cette volonté naîtra ce qui fait peut-être l’apogée de sa grandeur :

- une tentative pour harmoniser, tout au long des siècles, la Foi, l’amour de Dieu et la Raison.



Gaston Wiet (1889-1971) est un orientaliste français, diplômé de l’École
des langues orientales et licencié en droit.
Il enseigna l’arabe et le turc comme maître de conférences à Lyon, puis comme professeur
au Caire. En 1914, il est mobilisé et sera décoré de la médaille d’or serbe pour la bravoure.
Il reprend ensuite ses activités d’enseignement à Lyon, puis à Paris, avant d’être nommé directeur du musée d’art arabe du Caire de 1926 à 1951, dont il écrit
une grande partie du catalogue.
De retour en France, il est nommé professeur de langue et littérature arabes
au Collège de France, et en 1957 sera élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
Il a rédigé de nombreux ouvrages et a également traduit et annoté les écrits
d’un grand nombre d’auteurs arabes, aussi bien anciens que contemporains.







Source :  study 

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Reedition-Kontre-Kulture-Grandeur-de-l-Islam-de-Gaston-Wiet-26413.html
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4864
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Extrait des cahiers de la SS : "L'Islam, grande puissance de demain".

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum