Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !

Journalistes tués au Mali : dans la presse, émotion et accusations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Journalistes tués au Mali : dans la presse, émotion et accusations

Message par Patriote le Lun 4 Nov - 19:07

Crime odieux", "assassinat ignoble", "barbarie"… La presse malienne n'a pas de mots assez forts pour qualifier l'assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, deux journalistes de RFI tués samedi 2 novembre à Kidal, dans le nord du Mali. Au-delà de l'émotion, éditorialistes et journalistes maliens s'émeuvent de la "zone de non-droit" qu'est devenue Kidal, et pointent la responsabilité conjointe des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et de la France. Revue de presse.

"La nation malienne pleure avec la France"

"Le samedi 2 novembre 2013 restera à jamais un jour sombre et néfaste dans la mémoire collective" écrit l'éditorialiste Cheick Tandina pour le quotidien "Le Prétoire". Au lendemain de ce que le journal "L'indicateur du renouveau" qualifie de "crime contre l'espérance" l'émotion est vive, et partagée par l'ensemble de la presse malienne. Mais l'assassinat soulève aussi nombre de questions, résumées par le bi-hebdomadaire "L'Aube" : " Comment des hommes armés et enturbannés ont pu s’infiltrer à Kidal pour ensuite kidnapper nos deux confrères et sortir de la ville tranquillement ? A quoi servent les check-points érigés au niveau des entrées et autres points d’accès de la localité ? Qui assure la sécurité à Kidal : Serval ou la Minusma ? Comment les ravisseurs étaient-ils au courant de la présence des deux journalistes au domicile du responsable du MNLA ? Y-avait-il des complicités ?"

Pour répondre à ces questions, quotidiens et hebdomadaires sont unanimes : les responsables sont à chercher du côté des "écervelés touaregs" de "l'hydre MNLA", qui refusent de voir la ville de Kidal passer sous le contrôle de Bamako. Sous la plume de l'éditoraliste Chahana Takiou, le quotidien "22 septembre" accuse : "Le MNLA et son allié du Haut Conseil unifié de l’Azawad (HCUA) sont tenus responsables de ces assassinats parce qu’officiellement, c’est bien eux les maîtres du terrain. L’opération a été savamment orchestrée par ces derniers. […] Que les assassins soient islamistes ou pas, ils opèrent tous sous la coupe des maîtres de Kidal. Ils se connaissent, se fréquentent, échangent des informations et montent des stratégies, des sales besognes ensemble, comme cet assassinat, ô combien ignoble, de deux de ceux qui nous livrent une bonne et saine information." Et le quotidien "Le Prétoire" d'interroger : "Pour discréditer leur ancien allié, Iyad Ag Ghaly [ancien leader du MNLA rallié aux islamistes d'Ansar Eddine, NDLR], le MNLA et le HCUA iront-ils jusqu’à assassiner des journalistes français en tentant de faire porter le chapeau aux islamistes radicaux d’Ansar Dine ?"

Particulièrement hostile aux rebelles du MNLA, la presse nationale se saisit de la question pour presser, à nouveau, le gouvernement à agir. Ainsi du quotidien "Les Echos" : "Pour le Mali, pour l’honneur et la crédibilité du Mali, les enquêtes doivent se mener, les coupables et leurs affidés châtiés. Mais, par-dessus tout, il offre l’occasion à l’Etat de faire en sorte que plus jamais de pareilles choses n’arrivent dans notre pays. Pour cela, en prenant l’opinion internationale à témoin, il faudrait, et sans se départir de la volonté de dialoguer, instaurer sur le Mali, l’autorité de l’Etat central, sans exception."

"Les comportements sournois des responsables français"

La France est également pointée du doigt. Pour "L'indicateur du renouveau", l'assassinat des deux journalistes de RFI rappelle à "la France tout comme à la communauté internationale leur échec dans la reconquête des régions nord." La faute à la naïveté des responsables français selon le bi-hebdomadaire "L'Aube" : "Les Français continuent toujours à croire en la bonne foi de certains responsables de Kidal qui, en réalité, veulent maintenir la ville dans le chaos et l’insécurité."

Le quotidien "Le Pouce" se fait bien plus véhément : "Nous accusons les autorités françaises, du fait de la politique ambiguë entretenue sur le cas de Kidal, qui est devenu, avec leur bénédiction, une zone de non droit. Ce qui est arrivé à nos confrères, est le résultat des comportements sournois des responsables français. Car, deux compagnies pouvaient en 30 minutes, mettre au pas les combattants qui refusent la présence des forces armées maliennes dans la ville de reconnaissance. De ce fait cette situation de Kidal est une insulte à l’endroit du Mali." Et le quotidien de poursuivre : "La force Serval doit accepter la rentrée de nos militaires [dans Kidal, NDLR]. Le Mali est un et indivisible. François Hollande doit comprendre qu’il ne sert à rien de protéger des apatrides. La France doit alors revoir son comportement à l’endroit du Mali."

Patriote
Maître
Maître

Messages : 2833
Date d'inscription : 02/08/2012
Age : 1933

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum