Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !
anipassion.com

La famille dans le IIIè Reich.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La famille dans le IIIè Reich.

Message par Jean Bart le Jeu 3 Oct - 7:28


Dans la vie et les destinées de la nation.




La famille est le berceau de la jeune génération et la communauté dans laquelle
celle-ci grandit: par cette fonction elle devient la base du peuple.
Mais cette double mission ne peur être remplie par la famile que si elle est réellement
l'union de deux êtres humains consacrée par l'amour et la fidélité.
Ce n'est qu'alors,d'ailleurs,que la famille est durable,mais le fait qu'elle est fondée
et qu'elle donne des enfants à la communauté du peuple n'est pas encore,en soi,
décisif pour l'avenir de ce peuple.


Dans une famille telle que nous l'entendons,il faut qu'il grandisse des enfants
auxquels elle inculque dès la prime jeunesse des principes de morale
et qu'elle éduque de telle façon qu'ils se subordonnent volontairement
à l'ensemble et qu'ils fassent en toute chose cause commune.
Mais l'éducation de descendants capables de tenir tête à la vie n'est effectivement
possible que si l'harmonie parfaite des parents constitue la sauvegarde
de la vie familiale.
La famille n'est donc pas seulement appelée à servir dans l'enfant
et dans la communauté future de la nation.
Elle embrasse le présent autant que l'avenir des époux et,partant,
quand on considère la famille,il faut commencer par son origine,le mariage.



Quand,il y a quelques années,on étudia la réforme,accomplis entre-temps,
de la loi allemande sur le divorce,on s'est pleinement rendu compte de la mission
et du but du mariage.
Dans l'exposé d'un jurisconsulte qui traduit fidèlement la pensée allemande
en la matière, nous lisons entre autres:

" Le mariage est l'union la plus intime de l'âme et du corps dont les hommes
soient capables,la solidarité la plus complète de deux créatures dans le malheur
et dans la félicité.
Il vise à l'unité d'âme et d'esprit la plus absolue entre l'homme et la femme,
établie et consacrée par le fait qu'ils vivent tout et ressentent tout en commun.
C'est la solidarité contre la réalité souvent cruelle de la vie,par laquelle le mariage
grandit et se fortifie en la vainquant.
Le mariage exige la plus grande confiance,la sincérité la plus absolue entre
deux êtres humains.
Il constitue la sujétion la plus complète,dans une distance pleine de tact,
mais en même temps la liberté sans limites dans une liaison éternelle.
"Mais c'est surtout par l'enfant,le but suprême de l'admirable union,
que se consacre le mariage.
C'est par l'enfant que le mariage s'élève en quelque sorte au-dessus de lui-même,
par la procréation de l'enfant,par les soins qui lui sont donnés et surtout
par son éducation,car en ceci les époux prennent contact avec la comunauté
du peuple et en ceci le mariage s'inspire le plus visiblement du sens de la vie,
qu'il fait sien, en même temps,en une indissolubre communauté."


La révolution nationale-socialiste a de nouveau satisfait à cette noble conception
du mariage et de la famille en l'entérinant par une loi,après que le marxisme
et le libéralisme avaient pendant si longtemps négligé le fondement extrinsèque
et intrinsèque d'une vie de famille heureuse.
Or,il ne suffisait pas,en l'espèce,d'un prône au profit d'une conception élevée
du mariage.
Quand un peuple a vu dans la famille sainement constituée la source
d'une vie nouvelle et forte,il faut qu'il crée les conditions nécessaires à la vie
de la famille.
Il ne faut pas,au contraire,que la communauté de vie de l'homme et de la femme
s'exténue à vaincre les difficultés matérielles,du moment que la famille
devient nombreuse.
Le mariage comme tel,l'union de deux êtres humains,requiert la protection
de la communauté entière du peuple.
Et en tant que berceau de la génération future le mariage doit recueillir
le fruit de tout ce qu'un peuple est capable de créer sous le double rapport
social et moral.
La protection éclairée de la famille par les faveurs et les dégrèvements
les plus divers a été,des années durant,une question des plus controversées
L'aide prêtée à la famille ne pouvait être ravalée au rang d'une aumône faite par pitié.
Par suite il ne fut pas envisagé de mesures supplémentaires d'assistance
pour la famille, mais toutes les institutions de prévoyance sociale furent amplifiées
ou modifiées de telle façon que la famille nombreuse fût considérée
comme la forme biologique naturelle et qu'elle servît de point de départ
à toutes mesures prises.





Suite :  study   scratch

http://liberation-44.forumactif.org/t1451-la-famille-dans-le-iiie-reich
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4864
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum