Forum France
Le Forum France est le premier forum politique du net francophone.

C'est un lieu de débats privilégiant la diversité d'opinion et la liberté d'expression, dans un climat cordial.

Il reconstitue également une société virtuelle dirigée par un président du forum élu tous les trois mois.

Enregistrez-vous vite pour rejoindre la grande aventure du Forum France !

Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Jean Bart le Dim 1 Sep - 9:39

à retenir d'important....pour l'Histoire?

Ceux qui ont lu comme moi les mémoires des trois grands chefs de guerre que sont :
Eisenhower, Churchill et De Gaulle ont pu constater que pas un seul des trois,
n'a mentionné par une phrase ou un mot le "plus grand crime contre l'humanité"
écrits bien après la fin du conflit entre 1948 (j'arrivais au monde Very Happy) et 1959.
Ne trouvez-vous pas cela bizarre ?

Je m'adresse donc à mes détracteurs que sont les Bens,Pasqua,Robinson,Georges,
Gibet,kimon et Cie de bien vouloir nous expliquer ce phénomène étrange pour pouvoir
donner une explication aux futures questions de nos petits enfants plutôt que
  les menacer des foudres de la loi Fabius-Gayssot.
Nous attendons avec impatience leurs réponses pour notre culture historique.

Merci !


La face cachée d'Hitler.


Des archives qu'Arté "oublie" de nous faire voir.

"Qui n'entend qu'une cloche,n'entend qu'un son"

L'Histoire est un tout.

ICI : study scratch

https://plus.google.com/112095248917858490101/posts


Dernière édition par Jean Bart le Jeu 5 Sep - 6:36, édité 1 fois
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Torchwood le Dim 1 Sep - 9:46

ces hommes géraient le Monde.

il y a une phrase dont je me rappelle assez bien :

si un jour l'humanité venait à disparaitre, l'Univers ne s'en rendrait même pas compte

j y vois plutot moi une forme d'aveux de responsabilité.

savoir sans vouloir savoir. se dire qu'en prenant le temps ils ont permis à Hitler et sa bande de massacrer des millions de personnes.

les infos étaient la. beaucoup durant le conflit n'ont voulu y croire.

en parler après..? ne serait ce pas un peu indécent de leur part ..?

humilité quand tu nous tiens...
avatar
Torchwood
Maître
Maître

Messages : 2231
Date d'inscription : 22/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Jean Bart le Dim 1 Sep - 10:03

Torchwood a écrit:

ces hommes géraient le Monde.

il y a  une phrase dont je me rappelle assez bien :

si un jour l'humanité venait à disparaitre, l'Univers ne s'en rendrait même pas compte

j y vois plutot moi une forme d'aveux de responsabilité.

savoir sans vouloir savoir. se dire qu'en prenant le temps ils ont permis à Hitler
et sa bande de massacrer des millions de personnes.

les infos étaient la.
beaucoup durant le conflit n'ont voulu y croire.

en parler après..? ne serait ce pas un peu indécent de leur part ..?

humilité quand tu nous tiens...
Si "les infos étaient là" : pourrais-tu nous les fournir ? Merci à toi !
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Torchwood le Dim 1 Sep - 10:06

info du renseignement à l époque.

on parle de 39-45.
avatar
Torchwood
Maître
Maître

Messages : 2231
Date d'inscription : 22/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Jean Bart le Dim 1 Sep - 10:20

Torchwood a écrit:info du renseignement à l époque.

on parle de 39-45.
As-tu un document officiel à nous présenter ? Shocked 
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Torchwood le Dim 1 Sep - 10:39

on ne présente rien d officiel dans le renseignement...

soit tu le sais et tu avances une hypothèse dont tu connais déjà la réponse
soit tu l ignores.. et c es gravissime.

bref.. remise en question encore et toujours de la Shoah.

si ca peux te faire dormir du sommeil du ... Juste.. après tout..
avatar
Torchwood
Maître
Maître

Messages : 2231
Date d'inscription : 22/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Jean Bart le Dim 1 Sep - 10:51

Torchwood a écrit:on ne présente rien d officiel dans le renseignement...

soit tu le sais et tu avances une hypothèse dont tu connais déjà la réponse
soit tu l ignores.. et c es gravissime.

bref.. remise en question encore et toujours de la Shoah.

si ca peux te faire dormir du sommeil du ... Juste.. après tout..
Donc, tu parle en l'air !

PS: Tu remarqueras le silence de mes détracteurs en dehors de toi ! Very Happy

D'où l'appel au lynchage !!!Twisted Evil 

http://forumfrance.frbb.net/t2084-referendum-populaire-concernant-jean-bart


Dernière édition par Jean Bart le Dim 1 Sep - 10:54, édité 1 fois
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Invité le Dim 1 Sep - 10:53

T'en fais pas Torchwood. Rivarol, Minute et Reynouard, ça c'est des infos "officielles" selon Jean Bart le négationniste.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Marquis le Dim 1 Sep - 10:56

Comme d'hab Tournesol veut se la péter en prétendant avoir lu les mémoires de Churchill, d'Eisenhower, et de De Gaulle alors qu'il a trouvé cette information toute cuite chez Faurisson.

Et comme d'hab, Torchwood ne comprend rien à l'information qui lui est donnée
avatar
Marquis
Maître
Maître

Messages : 2337
Date d'inscription : 03/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Jean Bart le Dim 1 Sep - 10:56

Bens1912 a écrit:
T'en fais pas Torchwood. Rivarol, Minute et Reynouard, ça c'est des infos "officielles"
selon Jean Bart le négationniste.
Tu n'aurais pas des "infos" apprises à l'école ? juste pour voir !
car dans l'état que tu es, tu as dû en apprendre des choses, non ?
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Jean Bart le Dim 1 Sep - 10:57

Marquis a écrit:
Comme d'hab Tournesol veut se la péter en prétendant avoir lu les mémoires de Churchill, d'Eisenhower, et de De Gaulle alors qu'il a trouvé cette information toute cuite chez Faurisson.

Et comme d'hab, Torchwood ne comprend rien à l'information qui lui est donnée
Et voilà Marquis qui continue !!
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Atrocités commises par les alliés.

Message par Jean Bart le Lun 2 Sep - 6:58

Atrocités commises par les alliés.  





Les exactions commises par les Allemands sont archi connues et nous sont
rappelées à peu près tous les jours.
On commence à peine à parler des atrocités commises par les alliés mais
dans des termes très pudiques.
Les Anglo-Américains n'ont pas été tendres avec les pays vaincus
(procès tronqués, exécutions sommaires, viols, torture, pillages,
mauvais traitement, famines organisés,...) mais rien ne dépassera
le sadisme gratuit des soviétiques...

Je vous propose le témoignage d'André Bayle, ancien volontaire français
du front de l'Est, paru dans "Des jeux Olympiques à la Waffen SS".

Extraits du livre d'André Bayle Des jeux olympiques à la Waffen-SS:



Cet ouvrage regroupe les deux livres écrits André Bayle :

- De Marseille à Novossibirsk
- San et Persante

Pour le commander:Prix 49 euros  
http://www.ladiffusiondulore.fr/souvenirs-de-soldat/19-des-jeux-olympiques-a-la-waffen-ss-9782353520138.html




- Attention, c'est dur à lire  -

P .194

Des cadavres de femmes violées et éventrées commencent à apparaître le long
de notre route.
Un car entièrement brûlé, avec sa grande croix rouge encore en partie visible,
nous cache un spectacle digne d’Attila et de ses Huns.
Une trentaine de corps de jeunes femmes, dans des positions grotesques pornographiques,
à moitié nues, du sang coagulé sur les fesses de la plupart, les visages tuméfiés,
gisent là, devant nous.
Elles ont toutes les seins coupés !
Et certaines, une bouteille dans le vagin, qu’elles tiennent à pleines mains.
Quelle sinistre mise en scène ! Les sodomisations répétées les ont littéralement défoncées
et déchirées.
Les lambeaux de vêtements montrent qu’il s’agissait d’infirmières.
Ces viols, ces sodomisations, vont être le lot quotidien et collectif, des femmes
de tous âges.
Plus loin un soldat allemand mort, assis, adossé à un poteau, ses parties viriles,
coupées et placées dans sa bouche, tient une bouteille en guise de pénis.
L’autre main, soutenue par un morceau de bois indique la direction du car.
C’est le spectacle quotidien qui nous sera offert par nos ennemis jusqu’au moment
de notre départ pour les camps.

P.195

Le comble de l’horreur, nous le verrons dans la prochaine ferme :

- Des femmes nues, crucifiées sur les portes des granges, jambes écartées,
un objet quelconque dans le vagin ou l’anus, selon la position de face ou
de dos de la suppliciée, et une carotte ou un navet dans la bouche !


P.201

Bayle est capturé par les soviétiques, il marche dans un convoi de prisonniers :

- Le troupeau de prisonniers se forme et la marche vers la captivité commence
à travers la Poméranie.
Des cadavres d’hommes, de femmes, d’enfants et d’animaux jonchent le sol,
certains écrasés par les chars.
Ils ressemblent alors à des pantins épais comme une planche, quelques uns
écrasés en partie seulement.
[…] Nous voyons des soldats ennemis enlever les femmes, les jeunes filles,
les gamines et leurs grand mères également, les déshabiller, les jeter
sur des tables ou des planches, et les violer, à cinquante ou cent
sur le même corps [..] devant leurs enfants.
Ensuite ils les abandonnent, nues pantelantes, les cuisses enflées et rougies,
ou souvent mortes sous ces coups de boutoir sauvages et répétés.
[…] les cris de ces martyres sont insupportables, les soldats se les arrachant
pour assouvir leurs plus bas instincts.
On voit arriver des camions chargés de femmes qui dés leur arrivée,
sont prises d’assaut par les hordes en furie.

P.231.

Bayle est libéré de son camp soviétique où il était retenu prisonnier.
Il est nu, et attend dans une file pour se laver avant d’être libéré.
« Nous remarquons un autre groupe de nudistes, cheveux et poils rasés.
Mais ces camarades nudistes s’avèrent en regardant plus attentivement être
des femmes !
Maigres, la poitrine disparue et la pudeur oubliée. En effet les femmes allemandes
ont été déportées en très grand nombre, après avoir subi les pires outrages,
et elles sont rapatriées comme nous, leur travail « réparateur » accompli en URSS. »

Une question me vient à l’esprit… pourquoi les alliés, qu’ils soient américains,
français ou russes s’en sont pris de cette façon aux femmes ?


studyscratch
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Torchwood le Lun 2 Sep - 10:56

toute guerre a son lot d'atrocités

que je sache les exactions de soldats US ( ou d'ailleurs..) n'ont jamais été cachés ou niés..
avatar
Torchwood
Maître
Maître

Messages : 2231
Date d'inscription : 22/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par robinson le Lun 2 Sep - 12:43

Les français témoignant de leur aventure comme engagé dans la waffen ss n'ont jamais pris part à un quelconque rôle dans la surveillance des camps de concentration, ce qui appuie le trait qui dépeint l'horreur de la guerre. Nul doute qu'en étant en position de "comparer" les scènes, ce témoignage aurait servit un autre ligne littéraire.
De tous les bords, des horreurs ont été perpétrées. Notre devoir est de le reconnaître quelque soit le camp.
avatar
robinson
Chef
Chef

Messages : 1714
Date d'inscription : 26/07/2012
Age : 72

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par L'Augure le Lun 2 Sep - 20:30

Le témoignage d'un SS sur le comportement de ses ennemis n'a pas plus de valeur que celui d'un juif rescapé des camps sur le comportement des allemands.
avatar
L'Augure
Connaisseur
Connaisseur

Messages : 752
Date d'inscription : 03/08/2012
Localisation : Dans les profondeurs de l'Abîme

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Tchi le Lun 2 Sep - 21:51

Un point sur lequel je suis d'accord, les femmes n'auraient jamais du être la cible c'est évident, mais en temps de guerre, l'homme se croit tout permis et même envers les femmes, attitude pitoyable il est vrai, mais ce qui est fait et fait, et j'espère ne sera plus à refaire...
avatar
Tchi
Impétrant
Impétrant

Messages : 569
Date d'inscription : 22/08/2013
Age : 27
Localisation : Nimes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par L'Augure le Lun 2 Sep - 22:12

et j'espère ne sera plus à refaire...
lol. T'as encore rien vu mon grand.
avatar
L'Augure
Connaisseur
Connaisseur

Messages : 752
Date d'inscription : 03/08/2012
Localisation : Dans les profondeurs de l'Abîme

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Tchi le Lun 2 Sep - 22:30

L'Augure a écrit:
et j'espère ne sera plus à refaire...
lol. T'as encore rien vu mon grand.
Ne dites pas çà malheureux !!! Vous allez porter la poisse !!!
avatar
Tchi
Impétrant
Impétrant

Messages : 569
Date d'inscription : 22/08/2013
Age : 27
Localisation : Nimes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Jean Bart le Lun 2 Sep - 23:12

Suis étonné du silence de Briard, lui qui a bien connu André Bayle ?
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Jean Bart le Mar 3 Sep - 7:04

Les censeurs-lyncheurs incultes et mal élevés ont fait la preuve une fois de plus
de leur ignorance, pas un n'a su répondre ici en amenant un ou plusieurs documents.
Ils préfèrent colporter des ragots, examinons ces documents occultés par la version officielle:


D’après la thèse officielle,les Alliés savaient dès 1942
Ce que disent les historiens


Les historiens officiels prétendent que dès 1942,les Alliés et les neutres
savaient qu’un génocide se perpétrait à l’Est
(voir un article paru dans Historia en 1999).

 

Voici,par exemple,ce qu’on peut lire dans leurs publications :

 

On sait aujourd’hui grâce à des travaux récents que les Alliés ont reçu
à partir de 1941-1942 quantité d’informations tant sur l’extermination des juifs
que sur les massacres des populations slaves .
(Voy. François Bédarida, op. cit., p. 43.)

A noter que F.Bédarida n'est pas nazi ! Evil or Very Mad

La suite : study  scratch 

http://liberation-44.forumactif.org/t1274-dapres-la-these-officielleles-allies-savaient-des-1942


Dernière édition par Jean Bart le Mer 4 Sep - 19:59, édité 1 fois
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Torchwood le Mar 3 Sep - 7:15

Marquis a écrit:Comme d'hab Tournesol veut se la péter en prétendant avoir lu les mémoires de Churchill, d'Eisenhower, et de De Gaulle alors qu'il a trouvé cette information toute cuite chez Faurisson.

Et comme d'hab, Torchwood ne comprend rien à l'information qui lui est donnée
n'ayant pas envie de voir mon post mis à la corbeille

je m abstiendrais de repondre tant que tu auras un statut de modération.

une fois celui-ci mis à zéro.. on en rediscutera..

mes Hommages Mr le Marquis..
avatar
Torchwood
Maître
Maître

Messages : 2231
Date d'inscription : 22/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Invité le Mar 3 Sep - 7:27

Courage pour la fin de ton mandat au CSP Marquis !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Charles Pasqua le Mar 3 Sep - 8:11

Bens1912 a écrit:T'en fais pas Torchwood. Rivarol, Minute et Reynouard, ça c'est des infos "officielles" selon Jean Bart le négationniste.
Minute est d'extrème droite pas négationniste.
avatar
Charles Pasqua
Sage
Sage

Messages : 3129
Date d'inscription : 27/05/2013

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Jean Bart le Mer 4 Sep - 8:29

Torchwood a écrit:
Marquis a écrit:Comme d'hab Tournesol veut se la péter en prétendant avoir lu les mémoires de Churchill, d'Eisenhower, et de De Gaulle alors qu'il a trouvé cette information toute cuite chez Faurisson.

Et comme d'hab, Torchwood ne comprend rien à l'information qui lui est donnée
n'ayant pas envie de voir mon post mis à la corbeille

je m abstiendrais de repondre tant que tu auras un statut de modération.

une fois celui-ci mis à zéro.. on en rediscutera..

mes Hommages Mr le Marquis..

Faux prétextes pour cacher ton ignorance sur ce sujet !  Twisted Evil 



Continuons :

Il n’empêche qu’à la fin de 1943 et au début de 1944 les informations s’accumulent
sur […] les camps de Majdanek,de Treblinka, de Rawa-Ruska.
Depuis janvier 1944, l’OSS dispose d’un rapport très complet sur Auschwitz,
avec des chiffres précis,une description des méthodes de sélection et de gazage […].
Bref,le stade des rumeurs et des supputations est franchi.
Les vérifications ont été faites. Qui veut savoir sait .[2]



Ce mêmes historiens prétendent que,malgré ces informations certaines,
les Alliés n’ont pas voulu agir,pour des raisons plus ou moins avouables.
F.Bédarida écrit :



"En fait,plusieurs facteurs ont concouru au comportement des Alliés :
la priorité absolue donnée aux objectifs militaires en vue de détruire les forces
armées du Reich et de contraindre l’Allemagne à la capitulation sans condition ;
le souvenir tout proche de la Première Guerre mondiale avec sa propagande
et son “bourrage de crâne” […];la crainte de tomber dans le piège de la propagande
nazie qui présentait régulièrement le conflit comme une “guerre juive”, provoquée
par les juifs et conduite en fonction de leurs intérêts […] ; la méconnaissance,
fréquente chez les Alliés, de la nature spécifique du national-socialisme […] ;
la confusion alors si répandue dans les esprits (et qui ne s’est dissipée que peu
à peu après la guerre) entre le génocide (crime contre l’humanité) et les “atrocités”
allemandes (crime de guerre) ; mais peut-être plus que tout l’incapacité à imaginer
la perversité exterminatrice d’un système de tueries industriel et planifié
" .[3]  



Dans cette affaire,le principal accusé reste le pape Pie XII qui aurait gardé
le silence malgré les révélations très précises du SS Kurt Gerstein.

Une thèse qui permet de pallier l’absence de preuves.


Cette thèse est capitale pour les exterminationnistes:car elle permet non seulement
de rendre tout le monde responsable[4],
mais aussi, et surtout, de pallier l’absence de documents allemands :
« Même si les nazis ont effacé toutes les traces, dit-on, même si l’on ne peut
retrouver des écrits allemands qui parlent explicitement du génocide, de nombreux
documents sans ambiguïté sont conservés dans les archives alliées.
Considérez par exemple le mémorandum d’une vingtaine de pages sur “l’extermination”
remis le 8 décembre 1942 à la Maison blanche par le président du Congrès juif mondial,
Stephen Wise. Il y était, entre autres, question de “massacre par trains entiers
d’enfants et d’adultes juifs dans des grands crématoriums à Ozwiecim [Auschwitz]
près de Cracovie”[5]. Déjà en décembre 1942 !



Comment aurait-on pu inventer tout cela s’il n’y avait rien eu ?



C’est bien la preuve qu’un génocide se perpétrait.
Ajoutons à cela les révélations du SS K. Gerstein qui, en 1945,
raconta comment il avait voulu, mais en vain,alerter les autorités dès 1942 ».



Une nouvelle fois,cette argumentation impressionnera.
Car elle s’appuie non seulement sur des documents dont ni l’existence ni le sens
ne sauraient être discutés,mais aussi sur une logique apparemment parfaite
(« Des gens l’ont révélé dès le début ;ils n’avaient pas pu l’inventer;donc c’est vrai »).



Toutes les sources d’information n’avaient pas la même valeur
Le cas de K. Gerstein.


Je passerai rapidement sur les « confessions » du SS K. Gerstein, dont il a beaucoup
été question en 2002 avec le film Amen de Costa-Gavras.
Dans une annexe à ce dossier, le spécialiste de la question, Henri Roques,
nous dit ce qu’il faut penser de cette œuvre cinématographique et de
son personnage central.


F. Bédarida cite en vrac les différentes sources d’information


Au sujet des informations diffusées à partir de 1942, la malhonnêteté consiste
à prétendre que toutes les sources dont disposaient les Alliés avaient la même valeur
et qu’elles auraient toutes donné des indications concordantes,parlant par exemple
de gazages à Auschwitz. Dans sa brochure,F.Bédarida cite à la suite et sans
aucune distinction les « organisations juives (Congrès juif mondial, Agence juive
pour la Palestine, Joint Distribution Commitee) », les « services de renseignements
(Intelligence Service et OSS) », des « informateurs et des émissaires
du gouvernement polonais en exil » et les « quelques rescapés de ces camps […]
en particulier deux jeunes juifs slovaques, membres d’un Sonderkommando,
Vrba et Wetzler,échappés d’Auschwitz en avril 1944 » (voy. F. Bédarida, op. cit., p. 43).
C’est grâce à tout ce petit monde,dit-il, que, dès 1941-1942, les Alliés auraient su.
Le néophyte s’imaginera donc que les dirigeants alliés reçurent presque simultanément
de toutes ces sources des renseignements analogues les uns aux autres.


Des précédents qui rendaient suspectes les informations d’origine juive.


Toutefois, lorsqu’on étudie la question de plus près, on s’aperçoit qu’il n’en est rien.
En vérité, les premières « informations » sur une prétendue extermination furent
divulguées par des juifs.
Ce fait est très important, car personne ne conteste que les personnalités juives
engagées et les organisations juives ont toujours eu tendance à grossir
démesurément les faits (au point de verser dans le mensonge pur et simple).


[2] Voy. André Kaspi, L’Allemagne de Hitler [éd. du Seuil, 1991], p.280.
Voy. également l’article paru en décembre 1999 dans le mensuel Historia
sous le titre : « Auschwitz : les Alliés savaient dès 1942 » (p. 22).



[3] Voy. F.Bédarida, op. cit., p. 44. Sur cette question, voy.
également S. Bruchfeld et P. Levine, op. cit., pp. 169 à 174.
Pour la référence complète, voir la liste des ouvrages cités.



[4]

« De mai à juillet 1944, le monde regarda sans bouger les Allemands
déporter des centaines de milliers de juifs hongrois, à travers la Slovaquie,
vers Auschwitz-Birkenau
. » (voy. S. Bruchfeld et P. Levine, op. cit., p. 172).



[5] Voy, Historia, déjà cité. Une analyse de l’article est parue
sous le titre : Les véritables falsificateurs de l’Histoire (éd. du VHO, sans date).
avatar
Jean Bart
Administrateur

Messages : 4866
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 72
Localisation : Braunau/Inn (Autriche)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par GIBET le Mer 4 Sep - 10:08

1 - De Gaulle était antisémite comme tous les aristos de l'époque (et pas qu'eux il faut bien le reconnaître!) et ses écrits pullulent de phrases qui le démontrent alors chercher son témoignage !
2 - Churchill a préféré écrire sur lui ...c'est de "bonne guerre" d'être le héros anglais a posteriori
3 -
Voici comment Dwight Eisenhower, dans son livre « Crusade in Europe » (Doubleday & Company, INC, 1952), décrit la situation en Afrique du Nord après les débarquements alliés du 8 novembre 1942 :

Page 108

« An important point was that we could not afford a military occupation, unless we chose to halt all action against the Axis. The Arab population was then sympathetic to the Vichy French regime, which had effectively eliminated Jewish rights in the region, and an Arab uprising against us, which the Germans were definitely trying to foment, would have been disastrous. » [Un point important est que nous ne pouvions pas nous permettre une occupation militaire, à moins de cesser toute action contre l’Axe. La population arabe sympathisait avec le régime français de Vichy, lequel avait supprimé les droits des juifs dans la région et un soulèvement arabe contre nous, que les Allemands s’efforçaient de fomenter, aurait été désastreux.]

Page 128

« One complication in the Arab tangle was the age-old antagonism existing between the Arab and the Jew. Since the former outnumbered the latter by some forty to one in North Africa, it had become local policy to placate the Arab at the expense oft he Jew ; repressive laws had resulted and the Arab population regarded any suggestion for amelioration of such laws as the beginning of an effort to establish a Jewish government, with consequent persecution of themselves. Remembering that for years the uneducated population had been subjected to intensive Nazi propaganda calculated to fan these prejudices, it is easy to understand that the situation called more for caution and evolution than it did for precipitate action and possible revolution. » [Une complication dans le fouillis arabe était l’antagonisme ancestral existant entre les Arabes et les juifs. Comme les premiers étaient quarante fois plus nombreux que les seconds en Afrique du Nord, la politique locale visait à apaiser les Arabes au préjudice des juifs ; il en était résulté des lois répressives et la population arabe considérait toute suggestion d’une amélioration de ces lois comme le début d’une tentative pour établir un gouvernement juif qui la persécuterait. Compte tenu du fait que pendant des années la population illétrée avait été soumise à une intense propagande nazie calculée pour attiser ces préjugés, il est aisé de comprendre que la situation exigeait davantage de prudence et d’évolution que d’action précipitée et une possible révolution.]

Page 128-129

« To illustrate the delicacy of the situation : very early we had insisted that the French authorities ameliorate anti-Jewish laws and practices, going far beyond the bounds of « Allied co-operation » in the forcefulness of our demands. Appropriate proclamations were issued and we felt that some progress had been achieved. Imagine my astonishment when Darlan came to my office with a letter signed by a man whom he identified as the « Rabbi of Constantine », which implored the authorities to go very slowly in relaxation of anti-Jewish practices, else, the letter said, the Arabs would undoubtely stage a pogrom ! » [Pour illustrer la délicatesse de la situation : très tôt nous avions insisté pour que les autorités françaises améliorent les lois et les pratiques antijuives, allant bien au-delà des limites de la « coopération alliée » dans la force de nos demandes. Des proclamations ont été publiées et nous avons senti que quelques progrès avaient été réalisés. Imaginez mon étonnement quand Darlan [qui avait alors pris le pouvoir en Afrique du Nord, ndlr] est venu à mon bureau avec une lettre signée par un homme qu’il décrivait comme le rabbin de Constantine, lequel implorait les autorités de n’aller que très lentement dans la suppression des pratiques antijuives, sinon, disait la lettre, les Arabes déclencheraient certainement un pogrom ! »]

On relèvera que, dans le récit de Dwight Eisenhower, il n’est pas du tout question de déportation, et encore moins de génocide, à propos des juifs d’Afrique du Nord. Par la suite, à aucun moment, Dwight Eisenhower ne mentionne un génocide des juifs ou l’existence de chambres à gaz. Il entretenait d’étroites relations avec Winston Churchill, dont les services de renseignement décodaient tous les messages radio des Allemands, des Italiens et des Japonais. Ces messages ne contenaient rien à propos du prétendu génocide des juifs ou de l’utilisation de chambres à gaz par les Allemands. C’est la raison pour laquelle ni Winston Churchill, ni Dwight Eisenhower n’en ont fait la moindre mention dans leur mémoires de guerre.

Voici comment Dwight Eisenhower décrit sa visite d’un camp de concentration en Allemagne :

Page 408-409

« The same day I saw my first horror camp. It was near the town of Gotha. I have never felt able to describe my emotional reactions when I first came face to face with indisputable evidence of Nazi brutality and ruthless disregard of every shred of decency. Up to that time I had known about it only generally or through secondary sources. I am certain, however, that I have never at any other time experienced an equal sense of shock.

I visited every nook and cranny of the camp because I felt it my duty to be in a position from then on to testify at first hand about these things in case there ever grew up at home the belief or assumption that « the stories of Nazi brutality were just propaganda ». Some members of the visiting party were unable to go through the ordeal. I not only did so but as soon as I returned to Patton’s headquarters that evening I sent communications to both Washington and London, urging the two government to send instantly to Germany a random group of newspaper editors and representative groups from the national legislatures. I felt that the evidence should be immediately placed before the American and British publics in a fashion that would leave no room for cynical doubt. » j’ai vu mon premier camp de l’horreur. C’était près de la ville de Gotha. Je ne me suis jamais senti capable de décrire mes réactions émotionnelles quand je me suis retrouvé pour la première fois face à face avec des preuves indiscutables de la brutalité des nazis et leur mépris impitoyable pour la moindre parcelle de sens moral. Jusqu’alors, je n’en avais eu connaissance que de façon générale et par l’intermédiaire de sources indirectes. Je suis néanmoins certain que je n’ai jamais, à aucun moment, ressenti un tel choc. J’ai visité tous les recoins du camp, parce que je considérais comme mon devoir d’être dès lors en mesure de témoigner à propos de ces choses dans l’hypothèse ou s’élèverait, aux Etats-Unis, la croyance ou la supposition que « ces histoires de brutalités nazies n’étaient que de la propagande ». Certains membres du groupe des visiteurs ont été incapables d’aller jusqu’au bout de l’épreuve. Non seulement je l’ai fait, , mais aussitôt que je suis retourné au QG de Patton, ce soir-là, j’ai expédié un message à Washington et à Londres, réclamant aux deux gouvernements d’envoyer aussitôt en Allemagne un groupe aléatoire d’éditeurs de journaux et de représentants parlementaires. J’ai eu le sentiment que les preuves devaient être placées immédiatement sous les yeux des publics américain et britannique en sorte de ne laisser aucune place pour un doute cynique.]

On relèvera que Dwight Eisenhower décrit un banal camp de concentration et qu’il n’est pas particulièrement question des juifs. Ce que Dwight Eisenhower dénonce, ce sont les conditions de détention des déportés en général et non un prétendu génocide.

Le seul passage, dans tout son récit, où Dwight Eisenhower évoque spécifiquement les déportés juifs, est le suivant :

Page 439-440

« The Allies had, on the political level, worked out formulas for distinguishing between displaced persons who were to be returned to their own countries and those who were to be cared for by the occupying powers. These policies and agreements we first tried to apply without deviation, but we quickly saw that their rigid application would often violate the fundamental humanitarian principles we espoused. Thereafter we gave any individual who objected to return the benefit of doubt.

Of all these DPs the Jews were in the most deplorable condition. For years they had been beaten, starved and tortured. Even food, clothes, and decent treatment could not immediately enable them to shake off their hopelessness and apathy. They huddled together -they seemingly derived a feeling of safety out of crowding together in a single room- and there passively awaited whatever might befall. To secure for them adequate shelter, to establish a system of food distribution and medical service, to say nothing of providing decent sanitary facilities, heat, and light was a most difficult task. They were, in many instance, no longer capable of helping themselves ; everything had to be done for them. » [Les Alliés avaient, au niveau politique, mis au point des formules pour distinguer, parmi les déplacés, celles qui devaient être reconduites dans leur propre pays et celles dont les puissances occupantes devaient s’occuper. Nous avons d’abord tenté d’appliquer ces politiques et accords sans modifications, mais nous avons rapidement constaté que leur application rigide allait souvent violer les principes humanitaires fondamentaux auxquels nous adhérions. Par la suite, nous avons accordé le bénéfice du doute à tout individu qui s’opposait à son rapatriement. De toutes les personnes déplacées, les juifs étaient dans la condition la plus déplorable. Pendant des années, ils avaient été battus, affamés et torturés. Même la nourriture, des vêtements et un traitement décent ne parvenaient pas immédiatement à secouer leur désespoir et leur apathie. Ils se serraient les uns contre les autres -ils semblaient se rassurer en se groupant dans une pièce unique- et attendaient passivement ce qui pouvait advenir. Leur procurer des abris adéquats, établir un système de distribution de nourriture et de services médicaux, sans parler d’installations sanitaires décentes, chauffage et éclairage, était la plus difficile des missions. Ils étaient souvent incapables de s’assumer. Tout devait être fait pour eux.]

A nouveau, on constate que Dwight Eisenhower dénonce les conditions de détention des juifs dans les camps de concentration allemands, mais il n’est nullement question d’un génocide ou de chambres à gaz. Dwight Eisenhower n’avait manifestement aucune raison de croire à de telles allégations.

Détail révélateur : dans son récit sur la Seconde guerre mondiale, Dwight Eisenhower accorde moins de lignes aux juifs qu'à ses rencontres avec la maréchal soviétique Gueorgui Konstantinovitch Joukov.

Frank BRUNNER
Le gag de ta position c'est de citer trois hommes d’État (seulement) qui n'ont pas parlé de la solution finale, ou de l'extermination juive pour témoigner de la "vérité", alors que les preuves existent et que tu as le culot de dire que les juifs qui ont vécu l'époque et qui ont survécu sont autant de preuves qu'ils n'ont pas tous été exterminés (quand tu ne nie pas leur témoignage au motif qu'ils ne sont pas représentatifs d'une situation globale!!
Tu n'as jamais été crédible car à trop vouloir prouver tu ne prouves que ta mauvaise foi
GIBET
avatar
GIBET
Maître
Maître

Messages : 2208
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 70
Localisation : Finistère

Feuille de personnage
Casier judiciaire:
0/0  (0/0)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Perte de mémoire collective ou il n'y avait rien.....

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum